Pierre Ménès et Canal+, c’est fini

343

Pierre Ménès et Canal+ avaient entamé des négociations ces dernières semaines pour sa sortie de la chaîne cryptée. Selon nos informations, les deux parties sont parvenues à un accord.

La rupture

C’est désormais certain, Pierre Ménès ne reviendra pas sur Canal+. La direction de la chaîne cryptée, qui avait lancé en mars dernier une enquête interne après la révélation de comportements sexistes du chroniqueur révélés notamment par les scènes coupées du film “Je ne suis pas une s****e, je suis une journaliste”, avait choisi de se séparer du poil-à-gratter historique du Canal Football Club. Ces dernières semaines, les deux parties négociaient cette sortie. Selon les informations de l’Equipe, Canal+ et Pierre Ménès ont finalement trouvé un accord financier, actant son départ de la chaîne après douze ans de collaboration. En absence d’accord, le chroniqueur envisageait de porter l’affaire devant les prud’hommes.

“Je ne suis pas une s****e, je suis une journaliste“

Dans les scènes coupées au montage du documentaire réalisé par Marie Portolano et Guillaume Priou et diffusé sur Canal+ le 21 mars dernier, Pierre Ménès s’expliquait, sans rien regretter, sur deux gestes commis en 2011 (lors de la centième du CFC, il avait embrassé sur la bouche par surprise Isabelle Moreau, très émue en revoyant la scène), et en 2016 (il avait selon Marie Portolano soulevé sa jupe devant le public, hors antenne et reçu en retour une gifle).

Ecarté depuis avril

Avec cette affaire, d’autres séquences avaient été diffusées, comme celle où l’éditorialiste embrassait sur la bouche Francesca Antoniotti dans l’ancienne émission de C8 Touche Pas à Mon Sport. Après la diffusion du documentaire et les révélations du site Les Jours sur les scènes coupées, Pierre Ménès avait tenté de s’expliquer dans l’émission Touche Pas à Mon Poste et avait présenté ses excuses aux trois femmes en question sur Twitter.

C’est fini

Écarté de Canal+ depuis avril dernier, le chroniqueur du CFC espérait pendant un temps retrouver l’antenne. La direction de la chaîne cryptée, comme la maison mère Vivendi, souhaitait d’ailleurs prendre son temps sur ce dossier sensible et ne voulait pas donner l’impression de céder à la vindicte populaire en évinçant, dans l’urgence, son chroniqueur. Mais en haut lieu, le sujet a, très vite, été pris très au sérieux, avec l’idée de se séparer de Pierre Ménès d’ici la prochaine rentrée. La rupture a finalement eu lieu au coeur de l’Euro. Reste à savoir si le chroniqueur rebondira dans un autre média ces prochains mois…

Contactés, ni Canal+, ni Arash Derambarsh, l’avocat de Pierre Ménès, n’ont souhaité commenter l’information.