PHOTO – Meghan Markle : cette couverture de Vogue qui fait le buzz

A l’occasion de son fameux numéro September Issue (le plus important de la saison), le magazine Vogue UK a demandé à Meghan Markle d’en être la rédactrice en chef invitée. Une tâche relevée haut la main par la charmante duchesse de Sussex, mais qui ne fait pas l’unanimité outre-Manche.

Personne ne l’avait vu venir, mais pourtant, à peine trois mois après la naissance du petit Archie, voici déjà le « nouveau bébé » de Meghan Markle ! Mais point de layettes et de gazouillements cette fois, puisque la ravissante duchesse de Sussex a « accouché » d’un fameux magazine.

En effet, alors qu’on la pensait trop occupée ces derniers mois à se consacrer à son royal baby et à la décoration de Frogmore Cottage (le domaine où elle s’est installée avec le prince Harry et leur bébé), Meghan Markle préparait en fait dans l’ombre un projet qui lui tenait à cœur : elle a été rédactrice en chef de l’édition britannique du magazine Vogue pour son célèbre édition de septembre.

Cela fait donc plusieurs mois que la duchesse, qui fêtera ses 38 ans dans quelques jours à Balmoral, peaufine ce numéro spécial qu’elle a conçu de A à Z avec toutes les équipes du mensuel anglais, et pour lequel elle a naturellement souhaité mettre à l’honneur les femmes qu’elle admire, leurs combats et leurs pouvoirs. Meghan vient elle-même d’annoncer cette grande nouvelle en publiant sur le compte Instagram du couple Sussex la superbe couverture du numéro avec la longue légende :

« Nous sommes fiers d’annoncer que Son Altesse Royale, la Duchesse de Sussex, a été invitée à être la rédactrice en chef du numéro de septembre de l’édition britannique du magazine Vogue. Au cours des sept derniers mois, la Duchesse a conçu le contenu avec le rédacteur en chef du magazine, Edward Enninful, dans le but de créer un numéro qui souligne le pouvoir collectif. Dans ce sens, ils ont baptisé ce numéro : ‘Forces for Change’. »

« Pour la couverture, la Duchesse a choisi une sélection variée de quinze portraits de femmes venant de tous les horizons, chacune ayant un impact déterminant sur la société et la culture, et plaçant haut la barre pour l’égalité, la bienveillance, la justice, ou l’ouverture d’esprit entre tous. La seizième vignette est pour sa part en matière miroir, de façon à ce que le lecteur puisse se refléter parmi ces quinze femmes et avoir l’impression de faire partie intégrante de ce collectif. Les femmes sur la couverture sont : Adwoa Aboah, Adut Akech, Somali Boxer, Jacinda Ardem, Sinead Burke, Gemma Chan, Laverne Cox, Jane Fonda, Salma Hayek, Jameela Jamil, Francesca Hayward, Chimamanda Adichie, Yara Shahidi, Greta Thunberg et Christy Turlington. »

« Nous sommes très heureux de vous annoncer que vous trouverez dans ce numéro : une interview exclusive entre la Duchesse et l’ancienne Première dame des Etats-Unis Michelle Obama, une autre conversation franche entre le duc de Sussex et le Docteur Jane Goodall, des articles magnifiques et inspirants écrits par Brené Brown, Jameela Jamil et beaucoup d’autres. De plus, vous y trouverez aussi une liste d’associations locales et des témoignages de pionniers qui contribuent sans relâche à améliorer le monde en coulisses. »

« Être rédactrice en chef invitée de Vogue a été une expérience extrêmement enrichissante, éducative et inspirante. Après avoir travaillé discrètement sur ce projet pendant des mois, je suis heureuse de pouvoir enfin le partager avec vous aujourd’hui. Un grand merci à tous les amis qui m’ont soutenue dans cette entreprise, en me consacrant de leur temps et de leur énergie pour m’aider à mener à bien mon idée. Merci à tous d’avoir dit ‘oui !’ – et à Edward, merci pour cette opportunité formidable. » La Duchesse de Sussex.

Si, sur la couverture, Meghan a souhaité mettre en lumière quinze portraits de femmes pionnières, elle a aussi tenu à rester discrète et à ne pas apparaître elle-même en une du magazine (alors que c’est ce qui était prévu au départ, comme Kate Middleton en 2016 lors du numéro du centenaire), car selon Edward Enninful, elle trouvait cela « trop prétentieux » de s’afficher de la sorte parmi toutes ces femmes qu’elle admire. Elle a donc préféré rester dans l’ombre et poursuivre son activisme en abordant des sujets aussi primordiaux que l’égalité des sexes, la question du genre, ou le changement climatique.

L’idée était noble, cependant, cette participation n’a pas convaincu tout le monde outre-Manche, et notamment quelques observateurs royaux qui se sont manifestés sur Twitter en qualifiant ce numéro de « déchet insensé », alors qu’un autre évoque un « abominable magazine », ou encore « J’ai juste envie de vomir devant tant de racolage », ou aussi « Pitoyable, faire la promo de ses amies stars, c’est d’un cynisme », ou enfin « Ça m’a l’air tout bonnement affreux ». De son côté, Ann Widdecombe, députée européenne pro-Brexit a déclaré : « La famille royale ne devrait pas seulement rester en dehors de la politique, elle devrait tout faire pour rester en dehors de la politique. » Alors qu’Ingrid Seward, journaliste au magazine Majesty, y est allée d’un piquant : « La duchesse de Sussex a rendu un énorme service à la maison Condé Nast (éditeur de Vogue), un peu moins à la Couronne. »

Sincère ou non dans sa démarche, Meghan ne fait décidément pas l’unanimité.