OUSSOUYE – Après la défaite de Macky Sall lors de la Présidentielle : M-Pacte veut …

La dernière élection présidentielle a mis à nu les difficultés de Benno bokk yaakaar (Bby) dans la région de Ziguinchor où le candidat Macky Sall a été largement battu par Ousmane Sonko. Une situation qui a poussé, à l’heure des comptes, le Mouvement patriotique pour des actions concertées autour des territoires en vue de leur émergence (M-Pacte) à adopter une démarche d’introspection pour situer les responsabilités. Mais surtout pour inverser la tendance lors des prochaines joutes électorales. C’était d’ailleurs l’objectif d’un «atelier de réflexion et d’orientation stratégique» de ce mouvement qui a mobilisé pendant deux jours au Cap-Skirring 70 jeunes venus de Dakar et des trois départements de la région de Ziguinchor. Des acteurs politiques qui ont travaillé sur trois thématiques axées, entre autres, sur la structuration du mouvement, mais aussi sur les forces et faiblesses de la grande coalition de la majorité présidentielle, la contribution du M-Pacte au sein de ladite coalition et son plan d’action régional pour impulser une nouvelle dynamique à Bby. Concernant notamment les forces et faiblesses de la majorité présidentielle, les animateurs du mouvement se sont exercés à un diagnostic sans complaisance de la situation dans les secteurs de la santé, de l’éducation, mais également de l’hydraulique et l’urbanisme, du transport, de l’énergie, de l’action sociale, du tourisme, de l’agriculture, de la communication et de la politique. Et dans le secteur de la santé par exemple, Tombon Guèye et ses camarades ont retenu comme forces, la Cmu, le Plan Sesam, le programme Puma. Et parmi les faiblesses concernant la Cmu, il y a l’insuffisance de structures sanitaires et de personnel qualifié. «Il urge de doter la Cmu de moyens conséquents, d’élargir les structures sanitaires et d’augmenter les équipements et le personnel qualifié», plaident les responsables de M-Pacte dans leur résolution finale. Pour le secteur de l’éducation, les participants ont diagnostiqué comme forces le projet 3Fpt et la création des écoles de proximité. Et comme faiblesses, ils ont fait cas de la non-orientation des nouveaux bacheliers, les lenteurs de paiement pour la formation des étudiants des universités privées, les grèves récurrentes des enseignants et l’absence de lycées et de collèges techniques. Et du coup, en termes de perspectives, le mouvement préconise la correction de tous ces impairs notés dans le secteur de l’éducation dont le respect des engagements pris entre les différentes organisations syndicales.
Quid du domaine politique ? Là, le président du M-Pacte, Tombon Guèye, a pointé du doigt les querelles entre les leaders de Benno et la guerre de leadership qui a miné la coalition de la majorité présidentielle lors des dernières élections. «Notre coalition n’est pas malade, mais à la lumière des résultats de la Prési­den­tielle, elle traverse des difficultés que personne ne peut nier», admet M. Guèye qui est par ailleurs le maire de Diem­bereng. Et c’est fort d’un tel constat que son mouvement s’est voulu, dit-il, «sincère avec lui-même» en adoptant cette démarche de diagnostic et d’introspection pour impulser une nouvelle dynamique à Benno bokk yaakaar. Et pour ce faire, Tombon Guèye estime qu’un plan d’action régional sera mis en branle de septembre à décembre 2019, et qui passera par une campagne de sensibilisation avec des caravanes et des consultations médicales et vétérinaires gratuites, des parrainages des activités sportives et socioculturelles dans les trois départements de la région.