Ousmane Sonko : Le travail comme épanouissement et souffrance …

Dans sou ouvrage “Pétrole et gaz, Chronique d’une spoliation”, Ousmane Sonko remonte le temps où l’acception de la notion de travail était synonyme de souffrance pour les Sénégalais mais aussi d’épanouissement pour les élites au pouvoir. Cette dichotomie qu’il opère sur le travail transparait dans la gestion des contrats pétroliers à l’origine des quiproquos entre Frank Timis, Aliou Sall et les  gorgorlous.

Loin de la dialectique du maître et de son esclave où chacun est amené à être maître ou esclave de l’autre, Ousmane Sonko pointe du doigt la conception trop molle que les Sénégalais ont de  la notion de travail. Selon  ses écrits, la valeur travail n’est pas suffisamment enracinée dans nos modes de vie, à de rares occasions près. Selon lui pour nombre de nos élites, le travail est une souffrance à laquelle on cherche à échapper en louvoyant, en trichant, en faisant semblant ( car, en même temps, on aime l’argent que procure le travail).Mais lorsque le travail est érigé en rang de valeur, lorsque cette valeur est incarnée par des dirigeants de qualité, le travail se révèle source d’épanouissement, au-delà de la rémunération matérielle qu’il procure. Ce diagnostic sans complaisance d’Ousmane Sonko de la notion de travail sous nos cieux renseigne sur l’état d’esprit de certains de nos dirigeants et leur propension à incarner le travail dans le sens de tromper le peuple et de se remplir les poches. Une thèse qui illustre bien les supposés pots de vin révélés par la chaine anglaise BBC relativement à la gestion de nos contrats pétroliers.