Ordre des avocats du Sénégal : Une plaidoirie pour défendre la cohésion sociale

Le Conseil de l’Ordre des Avocats du Sénégal s’est réuni en session extraordinaire, ce dimanche 07 mars 2021. Les robes noires ont examiné la situation actuelle du pays marquée “par un cycle de violences verbales et physiques, consécutives à l’ouverture d’une procédure judiciaire contre un acteur de la vie politique“.

Constat et regret…

Le Conseil de l’Ordre dit avoir constaté, “pour le regretter les agressions contre les personnes, les pertes en vies humaines, les atteintes et restrictions aux libertés, les actes de vandalisme, les pillages et les incendies volontaires commis sur des biens publics et privés, les attaques et saccages d’édifices publics. L’institution judiciaire n’est pas épargnée, puisque des palais de justice ont été vandalisés et, pour la première fois dans les annales soixantenaires de notre Barreau, le domicile familial d’un avocat a été attaqué et incendié, parce qu’il a pris en charge les intérêts d’un justiciable“.

“D’autres avocats et des magistrats ont été nommément et injustement attaqués, vilipendés sur les réseaux sociaux, sur la base de motifs non établis. Ils sont même, et c’est plus grave, inscrits sur une liste de cibles à abattre“, souligne Me Ibrahima Ndieguene, Secrétaire Général du Conseil de l’Ordre des avocats du Sénégal dans une note parvenue à la presse.

Violation des droits de la défense…

A cet effet, ils dénoncent, “tout aussi énergiquement, le fait que des avocats, dans l’exercice de leurs fonctions et revêtus de leur costume professionnel, aient été empêchés d’accéder au bureau d’un juge, par les forces de l’ordre. De tels faits et actes qui violent les droits de la défense, et les règles du procès équitable, tout comme les exigences de l’Etat de droit, ne sauraient être acceptés. Cette situation ne peut perdurer sans, à la fois, menacer gravement les fondements de notre République et provoquer des préjudices irréparables sur notre tissu économique et social“.

Invite au pouvoirs publics et au peuple…

Raison pour laquelle le Conseil de l’Ordre invite “solennellement les pouvoirs publics à un respect scrupuleux des droits et libertés, en particulier des droits de la défense, le peuple sénégalais à la retenue, au calme et au respect des institutions républicaines, en particulier de la justice qui est actuellement saisie de cette affaire“. Mais aussi “les autorités religieuses et coutumières, les acteurs politiques, la société civile et les décideurs à quelque niveau qu’ils se situent, œuvrer à la décrispation, le contexte de pandémie lié à la Covid-19, nous imposant encore une attention soutenue sur l’urgence sanitaire“.

Mises en garde…

Sur ce, le Conseil de l’Ordre dit réaffirmer son soutien aux avocats et aux magistrats agressés et menacés et se tient à leurs côtés pour initier toutes les actions utiles.

“Le Conseil de l’Ordre met également en garde contre les attaques répétées contre le Barreau et ses membres et enjoindra à tous les avocats, de quelque bord qu’ils se trouvent, de suspendre leur participation aux affaires en cours en cas de réitération des menaces et exactions contre la profession. Le Conseil de l’Ordre invite tous les confrères à une attention soutenue et un respect scrupuleux des règles de la profession. Le Conseil de l’Ordre réaffirme l’attachement de notre barreau à la primauté du droit, au triomphe de la justice et à la sauvegarde de la paix. Le Conseil de l’Ordre s’incline devant la mémoire des personnes décédées et présente à leurs familles les condoléances émues du barreau“, concluent-ils.