Nouvelle brouille diplomatique entre les États-Unis et la Chine…

La passe d’arme diplomatique continue entre Washington et Pékin. La Chine vient en effet de réagir la fermeture de son consulat à Houston (Etats-Unis), par la fermeture du consulat américain de Chengdu.

Fermeture de consulats

Le gouvernement de Xi Jinping vient ainsi de notifier aux Etats-Unis, qu’il révoquerait le permis d’exploitation de cette représentation, qui joue quand même un rôle important dans la cartographie diplomatique américaine en Chine : elle couvre notamment la région sud-ouest du pays, avec entre autres les provinces du Sichuan et du Yunnan, ainsi que la région autonome du Tibet, ou encore la gigantesque municipalité de Chongqing.

Cette fermeture ne devrait pas arranger les tensions entre les deux superpuissances mondiales. Pékin accuse notamment les Etats-Unis d’être « entièrement responsables » de cette escalade diplomatique, tout en demandant à l’Oncle Sam de revoir sa copie (quant au Consulat de Houston notamment) afin de « créer les conditions pour que les relations bilatérales reviennent à la normale ».

Les choses ne semblent cependant pas aller à l’apaisement pour le moment. En effet, dans le sillage de ces querelles, le secrétaire américain, Mike Pompéo, a lâché hier une autre « pique », en accusant hier le patron de l’OMS, l’éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, d’avoir été acheté par la Chine.