« Non à la limitation des mandats et précisions » (Par Serigne Macké Ndiaye)

Depuis un certain temps,il est question de débattre d un troisième mandat que le President Macky Sall pourrait briguer en 2024. Je n entre pas dans ce jeu qui, en réalité, ne m intéresse pas présentement et je l ai dit et écrit depuis très longtemps.

Et pour rafraîchir les mémoires je disais que le Président n’avait pas à se prononcer sur cette question, présentement. En effet en disant « non je ne briguerai pas un autre mandat », il libérerait ses partisans qui, légitimement, veulent lui succéder.

En disant « oui je me présente », il installerait le pays dans une campagne électorale permanente. Or l’un dans l’autre, il a besoin de la cohésion des membres du gouvernement qui doivent s’unir au tour de l essentiel.

En ce qui me concerne, je vais au delà et propose la non limitation des mandats pour la Présidence de la République comme pour les Députés,les Maires, les Présidents de Conseil départemental.
De 1960 à nos jours, nous n’avons connu cette limitation qu’à partir de 1993 et cette décision était dictée par deux faits conjoncturels:

– Le discours de la Baule qui imposait aux Africains, certains Africains devrais-je dire, « limitez vous à deux mandats »,
-Le lendemain sombres des élections de 1988 très mouvementées qui poussaient le Président Abdou Diouf à prendre l’initiative d’une concertation avec l’opposition. C’est ainsi qu’est né le code consensuel dénommé code Kéba Mbaye.

A mon humble avis, le seul combat qui mérite d’être mené est celui de la transparence des élections, élections dont les résultats seraient acceptés par tous les acteurs : candidats, observateurs etc.