Les niveaux de testostérone d’un homme dépendraient de son pays d’enfance

0

Une nouvelle étude menée par des chercheurs anglais montre que les niveaux de testostérone d’un homme, sa taille, et l’âge de la puberté ne sont pas déterminés par la génétique, mais plutôt par le lieu où il aurait passé son enfance.

La testostérone est cette hormone masculine qui déclenche la puberté, développe la masse musculaire et participe à la croissance de l’enfant. Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Durham, en Angleterre, suggère que les niveaux de testostérone seraient régis par l’environnement dans lequel l’homme passe son enfance. Les travaux de cette équipe de recherche ont été publiés dans la revue Nature Ecology & Evolution.

Les scientifiques ont comparé 5 groupes d’hommes différents :

– ceux nés au Bangladesh et qui y vivent toujours

– ceux nés au Bangladesh, mais qui ont déménagé à Londres dans leur enfance

– ceux nés au Bangladesh et qui ont déménagé à Londres une fois adulte

– ceux nés au Royaume-Uni, mais dont les parents viennent du Bangladesh

– et enfin, ceux né au Royaume-Uni et dont les ancêtres sont européens

Au total, le niveau de testostérone, la taille et l’âge à laquelle la puberté s’est déclenchée, ont été mesurés chez 359 hommes.

DES VARIATIONS EN FONCTION DU PAYS D’ENFANCE

Etonnamment, les chercheurs ont relevé des différences importantes entre les populations. Les hommes nés au Royaume-Uni ou au Bangladesh, mais qui ont été élevés au Royaume-Uni, semblaient, en moyenne, partager des similitudes dans leurs niveaux de testostérone, de taille et l’âge à laquelle ils étaient entrés dans la puberté, indépendamment de leur ascendance. Les hommes nés et élevés au Bangladesh – y compris ceux qui ont émigré au Royaume-Uni à l’âge adulte – se sont révélés entrer plus tard dans la puberté, être plus petits et présenter des taux de testostérone plus bas. Selon les chercheurs, cela montre qu’il se passe quelque chose pendant l’enfance, lié à l’environnement, et qui a des effets à long terme sur la production de testostérone.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *