Nationalité italienne : Un boxeur sénégalais écrit au PM, et plaide la cause des enfants immigrés

“Je suis Mouhamed Ali Ndiaye, un Italo-Sénégalais. Je vis en Italie depuis 21 ans, j’ai fait un parcours similaire à celui de nombreux immigrés du “vu compra” pour devenir champion d’Italie et de la Communauté européenne de boxe. Ainsi commence la lettre du champion de boxe adressée au Premier ministre Mario Draghi et à son gouvernement.

Peur et méfiance en Italie

“Je voudrais vous demander, cher Président, de faire en sorte que de nombreux enfants immigrés, nés et élevés en Italie, quelle que soit leur origine, comme mes trois enfants, aient la possibilité d’obtenir immédiatement la citoyenneté italienne et pour que cela soit possible, je demande à ce gouvernement d’avoir le courage de voter et d’approuver la loi sur Ius Soli. L’Italie est une belle République sur le plan social, avancée sur le plan du droit, semblable au Sénégal, mon pays d’origine. Mais j’ai constaté, au cours de ces quinze dernières années, une aggravation de bien des choses. Le climat dans le pays a changé : il y a un manque de sérénité et il y a de la peur et de la méfiance de la part de la population”, lit-on, entre autres, dans la lettre de Mouhamed Ali Ndiaye.

Veiller à ce que les… 

“L’approbation du Ius Soli – conclut-il – pourrait contribuer à l’amélioration culturelle du pays, en renforçant l’intégration avec les communautés de citoyens étrangers. Cela pourrait rendre beaucoup de choses plus justes et plus sûres en améliorant le climat social.

…Recommandations soient approuvées

Permettez-moi de vous donner deux exemples : à la Poste, il existe de nombreux problèmes de communication entre les opérateurs et les citoyens étrangers. Dans les hôpitaux, il existe de réelles barrières linguistiques. Nous devons ouvrir les institutions à la diversité, en créant les conditions d’une société intégrée.