Naomi Campbell s’attaque à l’univers de la mode et dénonce avoir été la «caution noire»

Si Naomi Campbell est l’un des mannequins les plus connus au monde, la jeune femme a énormément souffert lors de ses débuts sur les podiums. Dans une interview accordée au Wall Street Journal, le top dénonce le manque de diversité dans le milieu de la mode.

Début des années 90, cinq mannequins étaient les stars du podium. Parmi les muses de Gianni Versace, on pouvait notamment retrouver les sublimes Carla Bruni, Claudia Schiffer, Naomi Campbell, Cindy Crawford et Helena Christensen. Devenue une Supermodel, la jeune femme de 49 ans garde pourtant un amer souvenir de ses premières années dans ce milieu très sélect.Et pour cause, elle soutient avoir servi de «caution noire» dans une industrie qui manquait de diversité.

«C’est un sentiment désagréable d’être le seul mannequin noir sur un défilé de 70 mannequins»

Réputée, pour ne pas avoir sa langue dans sa poche, Naomi Campbell a alors poussé un énorme coup de gueule lors d’une interview accordée au Wall Street Journal: «Je sais ce que c’est d’être la caution noire et c’est un sentiment désagréable d’être le seul mannequin noir sur un défilé de 70 mannequins. C’était inconfortable, je n’ai pas aimé ça. Mais si j’avais refusé, il n’y en aurait eu aucune». Si aujourd’hui certains tops de couleur sont réclamés par les grands couturiers pour leur beauté et non pas pour leur «caution noire», Naomi Campbell déplore que certaines marques continuent d’embaucher toujours les mêmes filles qui se ressemblent.

>> Naomi Campbell: victime de discrimination raciale en France, elle dénonce

Le top de 49 ans va même plus loin en expliquant que les entreprises devraient intégrer plus de «visages de la diversité»: «Je ne vais pas me plaindre, on voit un peu plus de diversité dans les défilés. Mais maintenant si on va plus loin, est-ce qu’à l’intérieur des maisons, on va donner un siège à cette diversité pour parler des projets et en être une partie intégrante. Le temps est venu maintenant pour l’industrie d’avoir de la diversité en son sein, dans les bureaux». Espérons que les créateurs et investisseurs entendent ces propos et soient prêts à effectuer quelques changements…