Mozambique : Des détenues forcées à la p**********n sous peine de tortures

796

Des détenues de la plus grande p****n mozambicaine pour femmes sont régulièrement forcées par des gardiens à se p********r pour des passes facturées entre 40 et 200 euros, selon une enquête menée par une ONG locale, Center for Public Integrity (CIP).

“Les femmes incarcérées dans la p****n pour femmes de Ndlavela (Maputo, ndlr) sont régulièrement extraites par les gardiens pour être exploitées”, révèle le rapport publié mardi. Certaines sont extraites “trois ou quatre fois par semaine pour avoir des relations s*******s avec des personnes qu’elles disent ne pas connaître”. La ministre de la Justice, Helena Kida, s’est rendue mercredi dans l’établissement et a annoncé l’ouverture d’une enquête dont les résultats devraient être connus dans deux semaines.

Selon le CIP, les clients sont généralement “des personnes bien placées, qui recherchent le plaisir avec des femmes qui n’ont pas eu de relations s*******s depuis longtemps”. En échange, ces détenues traitées comme des “marchandises qui ont un prix”, et surnommées “petites colombes” ou “lapins” par les matons lors des négociations avec les clients, reçoivent des traitements de faveur. En revanche, “celles qui refusent de rejoindre le réseau sont torturées et la plupart finissent par céder”, souligne le rapport.

Témoignages de détenues

L’enquête menée par l’ONG a duré six mois. Certains enquêteurs se sont notamment fait passer pour des clients et ont utilisé des caméras cachées. Ils ont également obtenu des témoignages de détenues. L’une d’elle, incarcérée depuis deux ans, raconte avoir été extraite “qu’elle le veuille ou non” de la p****n à plusieurs reprises, pour avoir des rapports s*****s avec des inconnus dans une auberge régulièrement utilisée par les gardiens.

“Ce n’est pas un cas isolé. Le système dure depuis au moins dix ans, selon des témoignages de détenus et d’anciens détenus”, a déclaré à l’AFP le directeur de la CIP, Edson Cortez, dénonçant un manquement du gouvernement à protéger les femmes en p****n, renseigne Africanews.