Moustique tigre : l’Ile-de-France en alerte

Le moustique-tigre a été repéré dans tous les départements d’Ile-de-France à l’exception du Val d’Oise vient d’annoncer l’Agence régionale de santé. Cette année, le moustique tigre est actif dans près de 60 départements. S’il convient de se protéger de ses piqûres, une chose est sûre : il ne transmet pas le coronavirus. Participez à la surveillance de sa propagation en envoyant des photos.

L’Agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France a annoncé que le moustique tigre avait été identifié dans tous les départements de la région, à l’exception du Val d’Oise. L’ARS alerte sur « une expansion du territoire du moustique tigre avec plusieurs communes nouvellement colonisées ». Pour faire face à cette prolifération du moustique Aedes albopictus, plusieurs centaines de pièges 7ont été installés « dans l’environnement général et autour de sites plus sensibles comme les hôpitaux, les aéroports et certains lieux à forte fréquentation touristique » a déclaré l’ARS dans un entretien avec le Parisien.
Sur le même sujet
soulager les piqûres naturellement
Piqûres : 3 solutions naturelles pour les soulager
Non, la piqûre du moustique tigre ne transmet pas le coronavirus

Installé en France depuis 2004 et implanté dans près d’une soixantaine de départements en 2020, le moustique tigre est le vecteur de maladies comme la dengue, le chikungunya et Zika. Mais, rassurez-vous le moustique tigre ne transmet pas aussi le coronavirus !

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) l’avait déjà dit. L’Institut supérieur de la santé italien vient le confirmer : non, le moustique tigre ne transmet pas le coronavirus. Le moustique commun non plus d’ailleurs. Selon une étude réalisée par des entomologistes et des virologues italiens, en collaboration avec un institut vétérinaire de Venise, Aedes albopictus (le moustique tigre) et Culex pipiens (le moustique commun) sont incapables de transmettre le coronavirus. La directrice de l’Institut vétérinaire, Antonia Ricci, vient de l’annoncer lors d’une conférence de presse. Les résultats définitifs de l’étude seront publiés d’ici peu.

Pour le démontrer, les chercheur ont proposé aux moustiques un « repas » de sang infecté. Mais une fois ingéré, le virus n’a pas été capable de se répliquer et les moustiques n’ont pu le transmettre ensuite par le biais des piqûres.
Comment reconnaître un moustique tigre ?

Le 19 juin, l’Agence de sécurité sanitaire (Anses) a appelé les Français à participer à la surveillance de sa propagation en signalant sa présence via le site signalement-moustique.anses.fr.

Oui mais voilà : tout ce qui vole n’est pas un moustique et tout moustique n’est pas un moustique tigre ! Selon une étude Ifop réalisée l’an dernier pour Vigilance-Moustiques, 43% des Français résidant dans un département en vigilance rouge ne savent pas reconnaître un moustique tigre et seulement 4% connaissent toutes les maladies qu’il peut transmettre. C’est pourquoi Stéphane Robert président de Vigilance-Moustiques, explique : « si vous voyez un moustique tigre, prenez-le en photo avant de l’écraser si possible. C’est très important pour la veille sanitaire de savoir partout où il est présent ». Les photos peuvent ensuite être envoyées au site signalement-moustique.anses.fr, qui actualisera ainsi ses cartes.

Ce qu’il faut savoir : les moustiques tigre sont rayés, noir et blanc, et de taille petite (2 à 3 mm).

Pour vérifier que vous êtes bien en présence d’un moustique tigre, l’Anses conseille de répondre aux trois questions ci-dessous :

Le moustique est-il de petite taille ? Le nom de "moustique tigre" peut en effet facilement induire en erreur. De petite taille, le moustique tigre est plus petit qu’une pièce de 1 centime d’euro (soit moins de 5 millimètre) !
Quelle est sa couleur ? Là encore, son nom est trompeur puisque le moustique tigre n’est pas jaune et noir mais bien blanc et noir. Il est également caractérisé par la présence d’une ligne blanche le long de son thorax.
Dispose-t-il d’un appareil piqueur ? Pour se nourrir, les moustiques disposent d’un appareil piqueur : un long appendice en prolongement de la tête. Si l’insecte n’a pas d’appareil piqueur, ce n’est donc pas un moustique.

8 gestes pour se protéger du moustique tigre

Éliminer les eaux stagnantes où les moustiques femelles pondent leurs oeufs (coupelles de pots de fleurs, gouttières).
Changer l'eau des plantes et des fleurs une fois par semaine.
Couvrir les réservoirs d'eau avec un tissu.
Ramasser les fruits tombés au sol.
Tailler les herbes hautes et les haies, débroussailler régulièrement.
Appliquer des produits répulsifs (antimoustique) sur la peau.
Porter des vêtements amples et couvrants de teinte claire.
Faire dormir les bébés sous une moustiquaire.

Où trouve-t-on le moustique tigre en France ?

Vigilance-moustiques publie chaque année, depuis 2013, sa carte de France du moustique tigre. Pour cette saison 2020 du moustique-tigre, c’est une carte très largement teintée de rouge que ce site d’information spécialisé vient de publier. En tout, ce sont 67 départements qui sont colonisés ou bien en passe de l’être, soit près de 65% du territoire. Cette carte montre que la progression du moustique est particulièrement spectaculaire avec 7 nouveaux départements placés en vigilance rouge.

Il s’agit des départements suivants :

Charente
Cher
Loire Atlantique
Yvelines
Haute-Savoie
Deux Sèvres
Vienne

Ils viennent ainsi rejoindre les 51 départements dans lesquels le moustique tigre était déjà implanté et actif l’an dernier, ce qui porte à 58 le nombre de départements où il faut dès aujourd’hui songer à se procurer des produits anti-moustiqueset où il faudra également penser à vider tous les pots de fleurs de l’eau stagnante. En tout, 67 départements sont colonisés ou bien en passe de l’être, soit près de 65% du territoire.
carte-moustique-tigre-2020

Liste des autres départements en vigilance rouge : Charente-Maritime, Côte d’Or, Loire, Nièvre, Puy-de-Dôme, Paris, Seine-et-Marne, Essonne, Seine-Saint-Denis, Hauts de Seine, Aisne, Hautes Alpes, Hautes Pyrénées, Ariège, Lozère, Indre, Maine et Loire, Corrèze, Val-de-Marne, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Vendée, Saône-et-Loire, Rhône, Ain, Isère, Savoie, Alpes hautes Provence, Var, Alpes Maritimes, Haute Corse, Corse du Sud, Drôme, Vaucluse, Bouches du Rhône, Ardèche, Gard, Hérault, Aveyron, Tarn, Aude, Pyrénées Orientales, Haute Garonne, Tarn-et-Garonne, Lot, Dordogne, Lot-et-Garonne, Gers, Gironde, Landes, Pyrénées Atlantiques.

Par ailleurs, 9 départements sont désormais en vigilance orange, c’est à dire que le moustique y a été intercepté ponctuellement au cours des 5 dernières années. Dans ces départements, il faut commencer à être vigilant et adopter les gestes de protection : Allier, Doubs, Indre et Loire, Jura, Loir et Cher, Haute Loire, Oise, Yonne, Val d’Oise.

Enfin, 29 départements sont en vigilance jaune : ces départements font l’objet d’une veille entomologique spécialement dédiée à la surveillance du moustique tigre, sans qu’aucun spécimen n’y ait été intercepté ponctuellement : Ardennes, Aube, Calvados, Cantal, Côtes d’Armor, Creuse, Eure, Eure et Loir, Finistère, Ille et Vilaine, Loiret, Manche, Marne, Haute Marne, Mayenne, Meurthe et Moselle, Meuse, Morbihan, Moselle, Nord, Orne, Pas de Calais, Haute Saône, Sarthe, Seine Maritime, Somme, Haute Vienne, Vosges, Territoire de Belfort.
Voir aussi : comment fabriquer vous-même une bougie anti-moustiques

A lire aussi :

Les huiles essentielles efficaces contre les moustiques
Moustiques : qu'est-ce qui les attire ?
Les remèdes de grand-mère pour soulager les piqûres d'insectes
Tique : comment l'enlever ? Que faire en cas de piqûre ?
Chenilles processionnaires urticantes : photos, bons gestes

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes