Mort de deux prisonniers à Rebeuss : Assane Dioma Ndiaye exige …

Décédés hier par électrocution, alors qu’ils étaient détenus à la Maison d’arrêt de Rebeuss, Cheikh Ndiaye (18 ans) et de Babacar Mané (19 ans) ont allongé la liste macabre de personnes décédées au cours de leur séjour carcéral. Des cas de décès déplorés par Me Assane Dioma Ndiaye, président de la Ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh). Celui-ci,selon nos sources a relevé la nécessité pour l’Etat d’ouvrir ‘’une enquête sérieuse, objective et indépendante’’.
Me Assane Dioma Ndiaye ne s’est pas empêché de se prononcer sur la mort de ces deux prisonniers à Rebeuss par suite de bousculade monstre. »C’est naturellement une réaction de tristesse mais également d’exaspération. Parce que nous avions prévenu. Depuis des années nous attirons l’attention de l’Etat du Sénégal sur les conditions de détention des populations carcérales qui étaient désastreuses et qui étaient sources de violation grave des droits humains. Peut-être qu’on ne pensait pas à un incident de cette nature. Et même les derniers témoignages de ceux qui ont séjourné à Reubeuss font état d’un surpeuplement intenable. On nous dit même que les détenus ont des problèmes musculaires de par les positions au niveau des chambres où ils n’arrivent pas à étaler leurs jambes ce qui cause des problèmes de circulation du sang. Donc vous vous imaginez, dans ces conditions s’il y a un incident quelconque qui crée la panique ou la psychose, il y a forcément des risques énormes qui pèsent sur la vie de ces personnes privées de liberté. Donc, c’est vrai que la cause, c’est un évènement indépendant de la volonté de l’Etat et de l’administration pénitentiaire, mais c’est amplifié par les conditions pathogènes qui amplifient la gravité de l’incident et qui provoque évidement de la bousculade, un étouffement, en tout cas des causes de mortalité. Nous pensons que la responsabilité de l’Etat est grandement engagée. Parce qu’il est débiteur de la sécurité de ces personnes privées de liberté. Et il a surtout l’obligation de se conformer aux standards internationaux ». Pour me Assane Dioma Ndiaye,l’Eta doit indemniser les familles des victimes et ouvrir une enquête diligente et sérieuse pour la manifestation de toute la vérité sur cette affaires.