Mor Fadam raconté par son fils Ndongo Wade

Ndongo Wade, fils de l’ancien lutteur, Mor Fadam, décédé, ce mardi, revient sur les circonstances de la mort de son père. ‘’Il avait le diabète depuis longtemps, informe-t-il. Mais il n’avait pas l’habitude de manifester ses maux. Jusqu’à ce jour, il n’avait pas manifesté de douleurs. Il avait déjà fait ses ablutions avant d’entrer dans sa chambre pour faire la prière. C’est après la prière qu’on ne l’a plus entendu.’’

Il décrit son père comme un homme très calme. ‘’On pouvait rester toute la journée dans la maison sans savoir qu’il est là, parce qu’il ne parlait presque pas.  Il n’avait pas l’habitude de regarder les gens en face. Il lui arrivait d’acheter du couscous et d’appeler tout le monde autour du bol’’, témoigne-t-il.

Ndongo Wade d’ajouter : ‘’C’était quelqu’un de généreux. Si vous venez à la maison, je peux vous compter presque dix personnes qui viennent du village. Il ne s’occupe même pas de leur origine, il les considère comme ses propres fils.’’

Mor Fadam est aussi décrit comme une personne pieuse et respectueuse. ‘’La prière et le respect des ainées sont les principaux conseils qu’il nous donnait, soutient Ndongo Wade. Il insistait beaucoup sur la prière. Il n’éprouvait de la haine envers personne. Il évitait toujours de verser dans la polémique sur certaines questions de la lutte. Je peux dire qu’il est venu par hasard dans la lutte pour subvenir à ses besoins, mais ce n’est pas un homme de ce milieu.’’