» ‘Mon travail de Président est loin d’être fini’ : Paroles divinatoires ? »

195
Le message de Macky Sall au Président  d’Azerbaïdjan


En attendant de lire le contenu de Jeune Afrique, je présume qu’en affirmant que son travail de Président est loin d’être achevé, Macky Sall est en train de faire ses adieux par un acte manqué sous forme de lapsus. C’est vrai que d’un point de vue structural quand on insère cette déclaration ambigüe dans le contexte général de ses actes et paroles depuis 2019, ça peut signifier qu’il est entrain de déblayer le terrain de son futur wax-waxeet (reniement). Mais elle pourrait aussi être l’expression d’un état de confusion mentale qu’il cherche à gérer de façon malhabile.

Remarquons d’abord qu’il n’a pas dit « mes fonctions de président », ce qui normalement serait scandaleux et provocateur ! Mais un travail de président qui n’est pas achevé ne pose pas de problème puisque tout président rêve de voir son travail transcender son règne. Ensuite un plaisantin pourrait interpréter cyniquement ce propos : deux ans de présidence de Macky est évidemment pour les Sénégalais un véritable calvaire. Or du point de vue de la relativité, deux de peine et de souffrance peuvent, selon le ressenti, être plus longs que cinq. Vu sous cet angle, Macky est en train de faire ses adieux.

Un de mes amis Facebook m’a cependant fait savoir que cette formule avait une résonance divinatoire. Ce sont les devins qui parlent ainsi : « sëy bi jeexagul de », « sa wërsëk xaajula jeex ci berebu ligeykaay », « sen diggente jeexagul ». Serait-on face à un Président qui consulte les devins pour prendre des décisions. Je ne sais pas si c’est vrai mais ça montrerait que ce pays est moyenâgeux.

* Par Alassane K. KITANE