Mœurs : Il viole la domestique de sa sœur et prend la fuite

La police de Golf Sud a instruit une affaire de mœurs, impliquant un individu et une domestique. L’histoire est survenue à la Cité Fadia des Parcelles Assainies de Dakar. Le mis en cause est accusé d’avoir piégé la fille de ménage, avant d’abuser d’elle dans le salon de la maison. Réalisant la gravité de son acte, il a abandonné la demoiselle dans un piteux état avant de disparaître dans la nature.

Une fille de ménage a été victime d’abus sexuel de la part du jeune frère de sa patronne, à la Cité Fadia des Parcelles Assainies de Dakar. Ayant des courses à faire, la patronne demande à la domestique de bien veiller sur la maison, révèlent  nos confrères du journal les Echos  . Mais, en quittant ses appartements, elle reçoit la visite de son jeune frère, lui explique le motif de sa sortie en ville et lui demande de tenir compagnie à la domestique, le temps qu’elle termine ses courses et revienne à la maison.

Prétexte

Le frangin accepte, s’installe dans le salon et se met à regarder la télévision. La domestique s’affaire pendant ce temps, dans la cuisine et vaque tranquillement à ses occupations ménagères. Le jeune homme l’appelle et lui demande un café. La fille de ménage interrompt ses tâches et se met à l’œuvre. Elle trouve le bonhomme dans le salon pour lui servir le café. Celui-ci guette l’entrée de la demoiselle dans la pièce, feint de saisir le couvert et attrape sa main. La domestique sursaute de stupeur, recule d’un pas alerte et interpelle, sur un ton ferme, le jeune homme. Ce dernier fait la sourde oreille, maintient fortement sa prise et invite la fille à ses côtés. Cette dernière dit niet, fait de la résistance et s’emploie à se défaire de l’étreinte.

Forcing 

Le jeune homme tient néanmoins tête, bondit de son fauteuil et se rue sur la fille. Il lui impose ensuite sa force physique, l’envoie avec violence au sol et tente de lui ôter ses habits. La demoiselle continue à se débattre et implore avec insistance la pitié du gus. Qui reste cependant de marbre devant les pleurs de la fille, réussit à la déshabiller, l’immobilise et abuse d’elle. Mais, ayant réalisé la gravité de son geste, il redoute une apparition-surprise de quelqu’un dans la maison, réajuste son pantalon et prend la fuite.

Plainte contre lobbying

La domestique guette le retour de sa patronne à la maison et lui rapporte avec détails sa mésaventure avec son frangin. La jeune femme craint une arrestation de son frère par la police et engage un arrangement à l’amiable. La famille de la demoiselle décline l’offre de médiation et saisit d’une plainte les limiers de la commune de Golf Sud. Le violeur apprend la plainte et entre en cavale. Ses parents se mêlent de l’affaire et font parler leurs relations, aux fins d’étouffer le scandale sexuel. D’autres membres de la famille entrent en action et activent leurs collègues de la santé, en service au Centre hospitalier réquisitionné pour l’établissement du certificat médical de la présumée victime de v**l. Aussi, ils leur demandent de tronquer les faits et de produire un certificat médical de complaisance.

Fin de cavale

La supercherie fait cependant flop. Le présumé violeur est localisé, cueilli et conduit au commissariat de police. Il nie les faits et charge la femme de ménage. Il a été toutefois confondu dans ses allégations par des indices et faits, puis déféré au parquet, pour v**l.