Miss France : Sylvie Tellier adresse un tendre message à Vaimalama Chaves, son « Aito du Pacifique »

Vaimalama Chaves profite de ses dernières heures en tant que Miss France. Samedi 14 décembre, la jeune femme de 25 ans passera le flambeau, et cédera son titre à une nouvelle reine de beauté qui représentera la France pendant un an. Un moment particulièrement émouvant pour Sylvie Tellier, qui si elle a vu défiler de nombreuses Miss en tant que directrice de la société Miss France, n’a pas manqué de rendre à Vaimalama Chaves un très bel hommage.

« Vaimalama, dans quelques heures tu couronneras Miss France 2020. Merci pour cette année extraordinaire à tes côtés, merci pour ta richesse de coeur et pour ce Mana, cette force du Pacifique, que tu nous as transmis », écrit ainsi Sylvie Tellier en légende d’une vidéo qui retrace en partie l’année incroyable que vient de vivre Miss France 2019. « Merci pour ta spontanéité, ta générosité et ta fraîcheur. Tu es et resteras notre Miss France 2019 pour toujours même si je sais qu’une nouvelle vie t’attend. Nous serons toujours là pour toi… Bonne route mon Aito

[guerrier, ndlr]

du Pacifique. Nous t’aimons fort », a-t-elle conclu.

Un message émouvant de la part de Sylvie Tellier, qui montre combien en une année, Miss France 2002 s’est attachée à sa nouvelle petite protégée. Il faut dire qu’elle n’est pas la seule, puisqu’en un an, Vaimalama Chaves a su se faire apprécier de tous, notamment par son humour et sa générosité, elle qui a même renoncé aux concours internationaux pour accompagner les candidates de Miss France 2020. Si Jean-Pierre Foucault en est complètement fan, Laurence Boccolini elle, lui a récemment adressé un beau message, rempli de bienveillance.

Vaimalama Chaves : « J’ai beaucoup grandi »

Désormais prête à tourner la page Miss France pour se lancer dans la chanson, Vaimalama Chaves n’en garde pas moins un souvenir à la fois heureux, mais tout de même mitigé, de son année à parcourir la France avec sa couronne. « C’était une belle année, riche en découvertes, en apprentissage. J’ai beaucoup grandi. J’ai appris beaucoup de choses sur la nature humaine, sur moi, et je suis vraiment très heureuse de toutes ces expériences que j’ai pu vivre », déclarait-elle dans les colonnes de La Provence, précisant par ailleurs que « la solitude était le plus dur à gérer », tout comme le fait qu’elle avait parfois l’impression d’être considérée comme un « objet » lorsqu’elle était photographiée sans son autorisation.