Mise En Reserve De 30 % Des Oceans Jusqu’en 2030 : Lueur De DÉsespoir Sur Le TraitÉ De Tous Les Espoirs

497
Single Post


Single Post
MISE EN RESERVE DE 30 % DES OCEANS JUSQU’EN 2030 : LUEUR DE DÉSESPOIR SUR LE TRAITÉ DE TOUS LES ESPOIRS
Les négociations sur le Traité des Nations Unies sur les océans sont au point m**t alors qu’elles entrent dans la dernière semaine. Le regret vient de Greenpeace Afrique qui note pourtant que ces négociations avaient suscité tous les espoirs. Si l’on se réfère à une organisation, le nouveau texte rendu public, le samedi 25 février 2023 contient des points majeurs de désaccords. Elle estime qu’il y a une urgence de lever tous les obstacles avant le 3 mars 2023. Le financement reste une question primordiale. « Les pays du Nord comme le Royaume-Uni, les États-Unis et les États membres de l’Union européenne doivent de toute urgence mettre l’argent sur la table pour le renforcement des capacités et la mise en œuvre du Traité. Ils doivent également régler les modalités de partage des avantages financiers tirés des ressources génétiques marines. La Chine va j***r un rôle essentiel dans l’issue de ces négociations », note-t-on dans un communiqué de Greenpeace Afrique. 


Rappelons que l’ONG, lors de la COP15 sur la biodiversité, la Chine avait pris l’initiative d’élaborer l’accord 30×30 consistant à mettre en réserve 30% des océans d’ici 2030, mais ici elle est à la traîne. « La Chine, ainsi que les pays du Nord, doivent faire preuve de plus de souplesse, sinon ces négociations sont vouées à l’échec. Les négociations ont tourné en rond, progressant à un rythme d’escargot, et cela se reflète dans le nouveau projet de texte du traité », rapportent les rédacteurs de la note.

Pour Greenpeace Afrique, il est impérieux que les pays du Nord, Royaume-Uni, les Etats-Unis et les Etats membres de l’Union Européenne trouvent des compromis au lieu de s’attarder sur les points mineurs.

Elle recommande à la Chine de prendre des mesures idoines afin de protéger les océans et de faire le compromis le bien de l’humanité. Selon toujours la même source, la Chine a fait preuve de leadership mondial sans peser les négociations.

Les militants de Greenpeace USA ont envoyé, le 28 février 2023, un message clair aux délégués des Nations Unies à New York en déployant une vaste bannière sur laquelle on peut lire « Ocean Treaty Now » (Un traité sur l’océan maintenant) devant le siège de l’ONU. 

 » Un traité des Nations Unies sur les océans, capable de fournir des sanctuaires

Océaniques entièrement et hautement protégés, est d’une importance fondamentale pour atteindre l’objectif 30×30 en mer. Tous les gouvernements ont accepté l’objectif 30×30 dans le cadre de la Convention sur la biodiversité de Kunming Montréal en décembre 2022. Sans traité, il n’existe aucune voie légale pour protéger de vastes zones d’eaux internationales dans des sanctuaires océaniques », indique le communiqué.

 

Les dirigeants de la coalition « High Ambition » doivent s’engager auprès de leurs homologues des pays en développement, aux niveaux politiques les plus élevés possibles, afin de trouver des compromis permettant de franchir la ligne de parvenir à un Traité