Meurtre d’Amina Kâ : L’application stricte et sévère de la loi exigée

Le meurtre d’Aminata Ka, femme battue à mort par son époux, a fait réagir le Comité de défense des droits des femmes. Mme Penda Seck Diouf, présidente de ledit Comité demande une application stricte et sévère de la loi. 
 « La loi 9905 du 29 janvier 1999 condamne les violences conjugales en y greffant des circonstances aggravantes. Nous condamnons fermement le meurtre d’Aminata Kâ, battue à mort par son mari dont on dit qu’il était en état d’ivresse, alors que sa femme était en état de grossesse. Nous demandons que la justice fasse son travail et que la justice soit appliquée dans la plus grande rigueur », a-t-elle soutenu sur la Rfm.