Meghan Markle signe avec de célèbres communicants pour sauver sa réputation : Buckingham en colère

En tant que star hollywoodienne devenue membre de la famille royale britannique, Meghan Markle sait mieux que personne que la communication est essentielle aujourd’hui. En fine stratège, la duchesse de Sussex s’est donc entourée de plusieurs spécialistes pour redorer son image abîmée, au grand dam de Buckingham Palace qui voit cette évolution d’un très mauvais œil.

Elle a beau être aimée par la plupart des sujets britanniques, avoir épousé le prince le plus cool de la planète (Harry d’Angleterre), être la maman du bébé le plus mignon du moment (le petit Archie), et porter haut (la plupart du temps) les couleurs des Windsor depuis qu’elle a intégré la famille royale, certains écarts récurrents ne passent toujours pas concernant Meghan Markle.

Que ce soit ses désirs de princesse, ses goûts de luxe, ses caprices de stars, ou encore ses embrouilles familiales, plusieurs points viennent noircir régulièrement l’image de la duchesse de Sussex qui passe régulièrement pour une diva gâtée, loin naturellement du visage qu’elle souhaiterait renvoyée au monde.

Pour régler la mire, Meghan a donc décidé de prendre les choses en main et de « retravailler » sa communication. Après avoir débauché l’éminence grise des Cambridge pour gérer la fondation qu’elle a créée avec Harry – Sussex Royal -, elle vient aujourd’hui d’engager de célèbres communicants pour redorer un peu son image publique.

Et pour améliorer cette facette sensiblement endommagée ces derniers mois, la duchesse de Sussex s’est donc récemment tournée vers des pointures qui ont géré par le passé des clients aussi complexes que l’ancien producteur-harceleur Harvey Weinstein (tristement célèbre notamment pour être à l’origine du mouvement #MeToo), ou encore la popstar soupçonnée de pédophilie, Michael Jackson.
Hollywood s’invite en force à Buckingham Palace

Cette société de gestion de crise installée à Los Angeles – baptisée Sunshine Sachs et appelée par Meghan pour venir à sa rescousse – est connue pour savoir gérer les pires épisodes de leurs clients, mais aussi pour utiliser parfois des méthodes obscures afin d’améliorer la réputation de ceux qui font appel à eux.

Les directeurs de cette société hollywoodienne – Shawn Sachs et Keleigh Thomas Morgan – représentaient déjà Meghan il y a quelques temps et s’occupaient de sa communication lorsqu’elle n’était encore qu’une actrice dans la série Suits. C’est eux qui l’ont récemment guidée, dans l’ombre, notamment autour de la fameuse édition du magazine Vogue dont elle a été rédactrice en chef – et qui fut un précieux outil de communication encore jamais utilisé par une tête couronnée.

Aujourd’hui officiellement enrôlés pour régler quelques sujets dommageables – comme la relation de Meghan avec son très bavard et médiatique papa Thomas Markle, ses relations pour le moins compliquées avec William et Kate, et le tollé qu’a provoqué outre-Manche ses quatre vols en jet privé en une dizaine de jours alors qu’elle se dit être être une « éco-guerrière » -, cette nouvelle collaboration « bling-bling » imposée par Meghan fait grincer des dents au Royaume, certaines critiques s’élevant pour dénoncer le comportement de la duchesse qui souhaite apparemment être plus traitée comme une célébrité que comme un membre de la famille royale.
Les Sussex et leurs ambitions mondiales

Après avoir récemment débauché Sarah Latham en tant que directrice de leur communication mondiale – une grande spécialiste ayant notamment travaillé auprès du chef de cabinet du président Bill Clinton (lors de son second mandat), au côté de Hillary Clinton de 2015 jusqu’à l’élection de 2017, mais aussi avec le président Barack Obama et de Joe Bidden -, les Sussex font de nouveau grincer des dents à Buckingham avec cette nouvelle batterie de communicants qui va venir mettre son nez partout, comme le livre un spécialiste royal dans les pages du Sun : « Demander les services d’une société hollywoodienne pour vous représenter alors que vous êtes un membre de la famille royale est peu orthodoxe ; c’est même rien de le dire. Les principaux salariés du palais de Buckingham ont été grandement surpris ces derniers mois de voir le couple Sussex ignorer totalement les conseillers compétents, brillants et professionnels mis à leur disposition pour écouter des étrangers installés à Hollywood. »

Parmi les prestigieux clients de Sunshine Sachs, citons notamment Ben Affleck, Jon Bon Jovi, Leonardo DiCaprio, Justin Timberlake, Jennifer Lopez, ou encore Natalie Portman ; que des stars appréciées et dont l’image n’a quasiment jamais été écornées. De bonne augure pour la duchesse de Sussex qui souhaite développer la marque « Sussex » dans le monde via leur fondation Sussex Royal, et qui est donc dorénavant sur les bons rails pour croître et s’attaquer, notamment, aux Etats-Unis. Jusqu’où les ambitions de Meghan la pousseront-elles ?