Médiation État-enseignants : Les syndicats désavouent Cheikh Kanté

Une nouvelle impasse entre l’Etat et les syndicats d’enseignants s’annonce, avec la désignation de Cheikh Kanté comme médiateur pour le suivi des différents points contenus dans leur protocole d’accords de 2014, qui a été reconduit en 2018. Les enseignants ont dit qu’ils ne veulent pas de Cheikh Kanté entre eux et le gouvernement.

Crédibilité remise en cause

Désigné comme médiateur dans le cadre de la reprise des négociations entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants, le choix du président de la République porté sur la personne de l’ex Dg du port Cheikh Kanté, n’agrée pas l’autre partie. Apparemment un problème de confiance et de sérieux se pose au niveau des syndicalistes de l’enseignement qui préfèrent avoir affaire à une autre personne plus crédible, selon leurs appréciations.

Tâches assignées

Il faut noter également que l’implication de l’actuel ministre en charge du PSE découle de la suppression du poste de premier ministre avec Mahamad Boune Abdallah Dione qui, auparavant, avait tenu plusieurs rencontres avec les enseignants grévistes pour tenter d’aplanir les « conflits » entre ces derniers et le gouvernement. Il devrait revenir à Cheikh Kanté de faire le monitoring et d’assurer le suivi des accords signés avec les corps enseignants depuis 2014 et qui ont été reconduits en 2018.

Choix non partagé

Mais face à la menace brandie contre l’Etat, consistant à abandonner les salles de classe, si le gouvernement ne renouait pas avec leurs réunions trimestrielles, le président de la République qui a déjà émis son souhait pour une prochaine année scolaire apaisée, a fait son choix sur quelqu’un auto-proclamé « baye Fall de Macky Sall » et qui est loin de faire l’unanimité. En tout cas, les enseignants se sont braqués et disent non à Cheikh Kanté.