Me Pape Sène (CSDH) : « On aura d’autres cas de Mamadou Woury Diallo si… »

Le président du Comité sénégalais des droits de l’homme (Csdl), Me Pape Sène, a déclaré que la décision du chef de l’Etat Macky Sall de suspendre à l’octroi des grâces à la suite de l’affaire Mamadou Woury Diallo est salutaire. Car, d’après lui, il faut d’abord situer les responsabilités pour éviter d’autres cas pareils.

«Aujourd’hui, si le président de la République, suite à une affaire où on a noté un certain nombre de dysfonctionnements, a décidé de suspendre l’octroi de la grâce en attendant que l’enquête qui est diligentée par le ministère de la Justice, puisse livrer ses résultats, je pense qu’il n’a fait qu’user de ses prérogatives que lui a conférées la Constitution », a d’emblée précisé l’avocat. Qui pense que « si on continue dans cette situation sans avoir les responsables, on aura d’autres cas de Mamadou Woury Diallo. Et ce n’est pas bon pour l’image de la justice mais aussi de notre pays ».

Pour le président du CSDH, cette mesure présidentielle aura des effets en défaveur des détenus. « C’est vrai qu’il y aura des conséquences, parce que, les personnes condamnées qui, peut-être, espèrent bénéficier de la grâce, vont encore garder leur mal en patience. Mais, il ne peut pas y avoir de contrainte exercée sur le président de la République pour qu’il accorde la grâce à X ou Y. C’est lui qui apprécie du nombre de personnes à gracier mais également du moment choisi pour gracier », a fait comprendre la robe noire.  

Il rappelle par ailleurs que les raisons pour lesquelles le président de la République a pris cette décision sont « légitimes», soulignant que le sieur Diallo, impliqué dans une affaire de fraude de médicaments, a v**lé la loi en demandant une grâce alors que son dossier était encore pendant devant la justice.

« La Président a diligenté une enquête pour pouvoir situer les responsabilités. A partir de ce moment-là, on verra là où se trouve le mal et le corriger », a fait savoir Me Pape Sène.