Me Augustin Senghor à ses détracteurs : «Face aux calomnies, diffamations bruyantes, procès d’intention, nous répondons par…»

756

Faisant l’objet de critiques depuis quelques semaines suite à la révélation du rapport d’activités de l’année 2019 de la Fédération sénégalaise de football (Fsf), Me Augustine Senghor a porté la réplique à ses détracteurs. 
En effet, à travers une lettre intitulée « L’action dans le silence, notre credo » publiée sur Goreenews, l’édile de la commune de Gorée déclare ceci : « Face aux attaques, calomnies et diffamations bruyantes, face aux procès d’intention et dénigrements, nous répondons par le silence, le silence de l’écoute, de l’observation et de la bonne conscience, sans aucune once de mépris à l’égard de leurs auteurs bien visibles et identifiables malgré leurs efforts surhumains de camouflage derrière le vocable suspect de « société civile » de France au Sénégal ou du Sénégal en France ou d’organes de presse savamment instrumentalisés et peu soucieux des principes de déontologie élémentaire de leur profession ».
Le premier vice-président de la Confédération africaine de football (Caf) ajoute qu’« au bout du silence, la vérité jaillira, non pas à travers des paroles, répliques ou procès en diffamation mais plutôt à travers des actes et leurs résultats probants et déjà palpables pour qui veut être simplement objectif, sans plus ».
Me Senghor pointe « les vagues d’assaut d’adversaires en quête d’une reconnaissance que nous n’avons pas recherchée mais dont nous avons été gratifiés certainement par le destin mais aussi par le culte du travail et des valeurs ».
Plus loin, il indique que « tout est dit et revenons vite au monde silencieux des valeurs de travail, d’abnégation, d’humilité et de respect qui sont notre credo depuis que tout jeune, nous avons choisi de servir notre pays et notre communauté à travers une passion forte pour le sport ».
A ce titre, le président de la Fsf rassure : « Qu’on ne compte pas sur nous, quel que soit le contexte, pour nous jeter dans une mêlée inopportune où tous les coups bas sont permis ».