Mbane – Expropriation de 1661.4 ha par un libanais : Les populations dénoncent “le deal du siècle”

347

Le Mouvement Citoyen Mbane Touwni/Tilimneu dénonce et se mobilise pour faire face à l’expropriation de 1661.4 ha par un libanais, dans la Commune de Mbane.

En effet, c’est le mercredi 05 Août 2021 que le conseil municipal de la commune de Mbane s’était réuni pour établir un protocole d’accord avec le Sieur Rabih Fakhy “qui lui permet de bénéficier illégalement de 1661.4 ha pour le développement d’un projet intitulé SWAMI AGRI“.

Au profit d’hommes d’affaires libanais et indiens…

Le mouvement citoyen Mbane Touwni/Tilimneu dénonce ainsi; “jusqu’à la dernière énergie” ce qu’il qualifie de “forfaiture” qui, selon lui, “semble porter la marque d’une complicité notoire du maire et des conseillers municipaux, qui ont participé à cet acte de haute trahison des populations de la commune qui sont dépossédées de leurs terres les plus fertiles et proches du lac de Guier, au profit d’hommes d’affaires libanais et indiens“.

Arrêter cette procédure…

En effet, soulignent-ils, “cette décision d’approuver la propriété de ces terres au Sieur Rabih Fakhy est illégale, puisque cette superficie était désaffectée, en 2010, par le Conseil rural pour motif de non valorisation, conformément au décret 72-1288, relatif à l’affectation et la désaffectation des terres du domaine national. Nous demandons aux autorités compétentes de bien vouloir arrêter rapidement cette procédure, afin de permettre aux populations de préserver leur espace et d’entreprendre des projets agricoles“.

Déplacement de plusieurs villages…

Selon le Mouvement citoyen Mbane Touwni, “la vente de cette superficie va entrainer le déplacement de plusieurs villages qui y vivent dans la diversité, en parfaite harmonie, depuis des siècles. Elle va entrainer la perte des ressources pastorales et agricoles qui sont les seules sources de revenus des exploitations familiales“. A cet effet, ils appellent “toute la population de Mbane à s’organiser et se mobiliser pacifiquement pour lutter contre cette affaire dite ‘le deal du siècle’ facilitée par des autorités qui sont engagées, dans une logique d’enrichissement illicite en dilapidant nos ressources foncières“.

Etrangers dans leur propre espace…

Ils informent, ainsi l’opinion nationale et internationale, “que les populations de la commune de Mbane sont devenues des étrangers dans leur propre espace vécu où épanouissent des indiens et libanais, grâce à l’exploitation de milliers d’hectares de terres qui les procurent des milliards de bénéfice qu’ils réinvestissent dans la construction de cités et d’appartements de grands standing, dans la capitale sénégalaise. Ainsi, pour vivre aujourd’hui, dans la commune de Mbane, les populations dépossédées de leurs terres, font le tri des pommes de terres pourries jetées par la société Senindia pour les commercialiser, le tri des résidus de riz de la société VITAL, et la vente des déjections animales à la société indienne, malgré les risques écologiques”.