Mauritanie : Sidi Ould Cheikh Abdellah, premier président démocratiquement élu, n’est plus

L’ancien président mauritanien, Sidi Ould Cheikh Abdellah (Sidioca), est décédé ce dimanche 22 novembre 2020, dans une clinique privée, à Nouakchott. Victime d’une crise cardiaque, celui qui fut remplacé à la tête de l’Etat, suite à un coup d’Etat survenu en 2008 et orchestré par le général président Mohamed Ould Abdel Aziz, est rappelé à Dieu à l’âge de 82 ans. Il était élu président en 2007.

La Mauritanie est en deuil ! L’ancien président Sidi Ould Cheikh Abdellah (Sidioca) est rappelé à Dieu, avant-hier dimanche, des suites d’une crise cardiaque. Il y a deux semaines, il revenait de la Turquie où il avait subi une opération de cathéter. Visiblement mal-en-point, selon des sources proches du défunt, il fut interné à la clinique privée Chiva où il a rendu l’âme. En ces douloureuses circonstances et selon un communiqué officiel, la présidence de la République a décrété un deuil national de trois jours.

Feu Sidi Ould Cheikh Abdellah a été le premier président de la République démocratiquement élu le 19 avril 2007, entre deux tours, contre l’éternel opposant Ahmed Ould Daddah. Son règne a été mis fin à la suite d’un coup d’Etat perpétré par le général d’alors, Mohamed Ould Abdel Aziz, pour avoir été muté de la présidence où il était le chef du Bataillon de la sécurité présidentielle (Basep).

Sidioca décède au moment où son tombeur et ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz est dans le collimateur de la justice mauritanienne, pour répondre de sa gestion durant ses 10 ans de règne sans partage.

Par ailleurs, Sidioca a servi sous le règne du président Mokhtar Daddah (le père de la Nation) comme ministre du Développement industriel, de la Planification et la Consécration, puis ministre d’Etat chargé de l’Economie nationale, avant le coup d’Etat militaire de 1978 contre son mentor.