Mauritanie : L’internet inaccessible dans un climat de suspicion, …

En Mauritanie, la tension reste vive au lendemain de la présidentielle, où  la Ceni a confirmé la victoire de Mohamed Ould Ghazouani avec  52,01 % des voix sur l’ensemble des bureaux. Il serait suivi par quatre opposants, dont le militant anti-esclavagiste Biram Dah Abei  avec 18,58 %. Des résultats qui doivent  être transmis pour validation au Conseil constitutionnel après examen d’éventuels recours. Des incidents ont éclaté samedi en plusieurs endroits de la capitale et à Nouadhibou, l’unique province où Ghazouani n’est pas arrivé en tête, devancé par Biram.  En effet, la situation restait  très tendue à Nouakchott. Il y’a eu au minimum 5 morts du côté de la population civile négro-africaine,  plusieurs blessés graves et plus d’une 40 d’arrestations arbitraires, selon une source de Dakaractu. Pour que ces informations ne puissent sortir du pays, le gouvernement mauritanien a coupé internet depuis hier après s’être autoproclamé vainqueur des élections présidentielles.
La population civile, surtout noire, est désespéré car il n’y a aucun moyen de pression pour faire face à la situation. Ils sont  pris en otage dans leur propre pays.  
Elle ajoute également que le gouvernement fait tout actuellement pour arrêter le président  Birama Dah Abeid.
Les habitants craignent  que le nombre de victimes s’alourdisse, car il est prévu une manifestation pilotée par tous les leaders politiques de l’opposition. Il faut noter que ces derniers rejettent  les résultats proclamés par la Ceni. Une victoire qu’ils considèrent comme étant un hold-up contre la volonté du peuple mauritanien.