Les masques tombent… Par Bayaliou

0

Ces dernières semaines qui nous séparent de l’élection présidentielle du 24 février 2019 auront l’heur de faire découvrir aux Sénégalais les véritables faces et les personnalités de ceux qui font et défont l’actualité sociopolique.

Ces gens les plus en vue dans le landernau politique, dans le champ médiatique, au front syndical et dans les cours des foyers religieux. Des hommes et des femmes sans vergogne sans foi ni scrupule emplissent l’espace public en s’accoquinant avec un régime moribond et vomi.

Ils tentent ainsi de mener les populations par le bout du nez en leur imposant des choix concoctés dans les laboratoires nauséeux du pouvoir.

Ils jouent au faire-valoir et portent à découvert de vils desseins destructeurs à l’endroit de candidats craints comme Ousmane Sonko ou Idrissa Seck.

Ils sèment le mensonge, la calomnie, la désinformation et l’intoxication rien que pour justifier leurs salaires de prébendiers à la solde du Prince.

Les derniers développements de l’actualité politique liée notamment aux accusations portées contre Ousmane Sonko par Madiambal Diagne et Cheikh Yerim Seck ont fini d’édifier les Sénégalais sur le degré de nuisance de ces mercenaires de la plume aidés en cela par des supports médiatiques devenus des outils de propagande.

La lâcheté et la veulerie ont encore de beaux jours devant nous, si le système politique en charge de conduire les destinées du pays fonctionne toujours sur la base du clientélisme et du népotisme.

Nul n’a le droit de bénéficier d’avantages en dehors de ses compétences, donc de son mérite. Et cet état de fait ne prendra fin que le jour où le Président de la République cessera d’exercer ce pouvoir de “vie et de mort” ( celui qui enrichit qui il veut et appauvrit qui il veut même les paresseux et les gens qui ne songent jamais à travailler).

Mais en attendant l’avènement d’un nouveau Sénégal où le mérite, le culte du travail et le sérieux seront les uniques moyens d’accomplissement social, les masques vont continuer à tomber.

Aujourd’hui en attendant que d’autres visages hideux ne soient dévoilés, faut-il juste se contenter de contempler la déchéance de ces “directeurs de conscience” devenus en un tour de main les plus grands bouffons de la République :

-Iran Ndao qui jurait ne jamais se mêler de la chose politique et qui, à la faveur d’un (appui gamou) de 5 millions Fcfa de l’épouse du Président de la République, s’est dédit au grand jour
– Mamadou Sy Tounkara qui dans une lettre ouverte disait à voix haute que le Président Sall manquait d’hygiène politique et qu’il avait perdu son vote pour de bon, à été enrôlé à la faveur d’un décret dans le cabinet du Président.

Et la liste n’est pas exhaustive…

bayaliou@yahoo.fr

Laisser un commentaire