Marème aux maîtresses : « N’allez pas dans les chambres des mariés »

Halima Gadj, alias Marème Dial, s’est fait un nom dans le milieu cinématographique sénégalais grâce à »Maîtresse d’un homme marié ». Interprétant le rôle de la maîtresse dans la série populaire, l’actrice donne des conseils à ces femmes qui entretiennent une relation avec un homme marié. 

Enfance difficile 

Dans une interview accordée à nos confrères de Twinstudio Tv, Halima Gadj est revenue avec des mots très forts sur sa terrible blessure d’enfance. « Mon parcours scolaire et mon enfance de manière générale, n’ont pas été tendres. Par rapport à mon handicap, j’ai été marginalisée. C’est à l’école que j’ai réellement sentie que j’étais différente, car je bégaie…  Mon maître avait demandé à ma mère, de me retenir à la maison et m’apprendre à faire la cuisine et le ménage. Une fois grande, de me donner en mariage, car je ne servais absolument à rien… « ,lâche-telle.

Rôle 

Outre, l’actrice s’est prononcée sur l’interprétation de son rôle en tant que maîtresse : « Cela ne m’a pas posé de problèmes parce que j’adore interpréter les rôles les plus pourris de la vie, même si je n’ai pas trop aimé le fait que Marème Dial couche avec un homme marié (Cheikh Diagne) sur le lit de son épouse. Si c’était moi, je ne pardonnerai jamais à mon mari. D’ailleurs, j’en profite pour dire aux maîtresses d’éviter cela, car c’est un acte ignoble ».

Mariage

Sur cette question, Halima Gadj a été catégorique : « Je me concentre sur l’éducation de ma fille et mon travail pour l’instant. Maintenant, si un homme me demande de laisser mon boulot pour l’épouser avec toutes les conditions du monde, je ne le ferai jamais. Je préfère ne pas me marier, ni avoir d’autres enfants que d’abandonner le cinéma ».