Manque de communication, d’organisation, répartition de redevances…

Depuis quelques jours les artistes crient leurs désarrois, sur l’organisation et le non respecté de payement. La rédaction d’igfm.sn a tenu le micro à la Pca Ngoné Ndour qui revient sur les taches, l’organisation et le rôle de la Sodav.

La SODAV – Société Sénégalaise du droit d’auteur et des droits voisins – a été créée en décembre 2013 à l’issue d’une démarche originale, à laquelle ont adhéré tous les acteurs du monde culturel sénégalais et les pouvoirs publics. Cette création constituait une étape de la mise en œuvre de la loi N° 2008-09 du 25 janvier 2008 sur le droit d’auteur et les droits voisins.

La Sodav a été créée sous la forme juridique de société civile de gestion collective regroupant auteurs, artistes-interprètes, producteurs et éditeurs du Sénégal. En ce sens, c’est une société qui englobe des droits de propriété littéraire et artistique. La Sodav a obtenu l’agrément pour tous les répertoires de l’Etat sénégalais. Elle a aussi repris le portefeuille et les travailleurs de l’ex-BSDA. Elle est actuellement la seule structure habilitée au Sénégal à gérer les intérêts des auteurs et des bénéficiaires de droits voisins. La Sodav, dans cet élan, se présente comme l’interlocuteur privilégié de la gestion du secteur de la culture.