Mame Matar Guèye : « Avortement médicalisé ci agenda Franc-maçons yi la bokk… »

Mame Mame Guèye, comme on le lui reconnait bien, se promène chaudement encore sur les lobbys qui défendent la légalisation de l’avortement. Pour lui,  quelle que soit la méthode utilisée, l’avortement reste un acte abominable que le Sénégal ne devrait jamais légaliser.

Ecoutez !

L’avortement au Sénégal

• Au Sénégal, la législation sur l’avortement est à la fois restrictive et ambiguë. Bien que le code pénal du pays interdise formellement l’interruption de la grossesse, le code de déontologie des médecins autorise l’avortement, si trois confrères attestent la nécessité de la procédure pour sauver la vie de la femme enceinte.

• La pratique contraceptive demeure faible au Sénégal. En 2014, 20% seulement des femmes mariées utilisaient une méthode de contraception moderne, en hausse par rapport à 16% en 2012 et 10% en 2005. De même, seules 25% des célibataires sénégalaises sexuellement actives pratiquent une méthode de contraception moderne.

• Vingt-cinq pour cent (25%) des Sénégalaises mariées présentent un besoin non satisfait de planification familiale: elles désirent espacer les naissances ou ne plus avoir d’enfants, mais ne pratiquent aucune méthode contraceptive.