MAHER MEZAHI JOURNALISTE ALGERIEN : «Les Fennecs ont un petit avantage sur le Sénégal»

Vendredi 19 juillet, 19h Gmt, le Sénégal affronte en finale de la Can l’Algérie. A 72 heures de cette finale inédite, un journaliste algérien, Maher Mezahi, a livré ses impressions sur la rencontre. À l’en croire, les Fennecs ont un petit avantage psychologique sur le Sénégal pour l’avoir battu en poule. 

Les Échos : Comment voyez-vous la finale entre l’Algérie et le Sénégal ?

Maher Mezahi : Pour moi, ça sera une finale très, très serrée ; déjà, parce que non seulement les coachs se connaissent. Ils ont grandi ensemble dans la même ville et sont presque nés le même jour, mais aussi les équipes se connaissent. L’Algérie a réussi à battre le Sénégal en match de poule, ils étaient un peu meilleurs, mais le Sénégal avait dû faire avec des blessures. Cela a été un handicap, mais donc si Aliou Cissé parvient à avoir ses onze titulaires, ça sera un autre match. 

Êtes-vous d’accord avec ceux qui disaient que le Sénégal avait péché sur le plan physique ? 

Il faut le dire, l’Algérie a un milieu de terrain très combatif. On a déjà eu deux tests très costauds contre la Côte d’Ivoire avec les Frank Kessie, Serey Djié et le Nigeria avec les Etobo, Ndidi, ce sont des monstres physiques. Notre milieu de terrain a prouvé qu’il peut rivaliser avec ces équipes et même remporter la bataille dans l’entrejeu. Pour moi, la finale se jouera au milieu de terrain. L’autre bataille sera les ailiers sénégalais contre les arrières algériens. 

Il y aura aussi le duel à distance entre Sadio Mané et Mahrez ?

Ce sont deux joueurs de classe mondiale. On a vu Mahrez contre le Nigeria. Ces genres de joueur peuvent sortir un mauvais match, mais ils ont besoin d’une seconde pour changer le match. Et c’est ce qu’il a fait Mahrez en marquant un coup franc. Ça prouve sa qualité et sa force mentale et pour moi, il y a trois joueurs de classe mondiale dans cette Can, il s’agit de Mané, Mahrez et Salah, qui ont livré un bon tournoi. 

Quelle stratégie Aliou Cissé devra mettre en place pour battre l’Algérie?

Franchement, je ne pense pas qu’il y aura une stratégie sénégalaise forcément. Au contraire, je pense que Belmadi va essayer d’imposer sa propre stratégie, comment construire le jeu, comment placer des attaques. Nous, on veut imposer notre jeu. On va se concentrer sur nous et il y aura quelques réglages tactiques. Mehdi Zeffane, le remplaçant d’Atal qui devra affronter Mané, je suis sûr qu’il va demander à Guedioura de l’aider souvent. 

L’absence de Kalidou Koulibaly constitue une force en moins pour le Sénégal, qu’en pensez-vous ? 

Ce n’est pas très sportif de se réjouir d’une suspension d’un grand joueur comme lui. C’est une perte pour le Sénégal. Kalidou Koulibaly est non seulement un leader technique, mais vocal, très à l’aise ballon au pied et dangereux sur les balles arrêtées. L’attaquant Bounedja peut vraiment peser sur l’axe de la défense sénégalaise. C’est un attaquant très chiant à marquer. Il court sur tout le front de l’attaque et je pense que ça sera une autre bataille contre Salif et Kouyaté. Ca sera une finale avec une bataille tactique et physique. Elle va se jouer sur des détails. Si le Sénégal se procure des occasions et n’arrivent pas à les mettre au fond, ça risque de se payer cash. Tout comme l’Algérie. C’est un match équilibré et c’est impossible de dire qui va gagner. Mais avec la victoire en phase de poule, on a peut-être un petit avantage psychologique, on est un léger favori, même si le coach ne va jamais l’accepter.