Magal 2019 : L’eau et l’assainissement au cœur des préoccupations du Khalife

Les récurrents problèmes d’eau et d’assainissement ont été, selon Libération, au cœur des débats lors de la réunion préparatoire au Grand Magal de Touba. Les organisateurs ont pris la décision, de concert avec le sous-préfet de Ndam, Mansour Diallo, de mettre sur pied une commission composée de techniciens de l’hydraulique et de Maou Rahmati pour venir à bout de ces problèmes. Une commission qui sera sur le terrain pour diagnostiquer les problèmes et essayer de trouver des solutions. En effet, le Magal va se tenir, cette année, dans un contexte particulier, c’est à dire en plein hivernage, plus précisément au mois d’octobre prochain.

« Nous avons constaté que cet événement se tient de plus en plus vers l’hivernage. C’est pourquoi le Khalife général des mourides, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké, a donné des instructions pour que les mourides, notamment les Baye Fall, se mobilisent pour procéder au curage des caniveaux afin de permettre aux eaux de pluie de s’écouler très rapidement. À cet effet, l’Office national d’assainissement (Onas) va travailler, avec notre collaboration, pour achever certains travaux au niveau des connections des bassins comme celui de Keur Niang », a dit le sous-préfet de Ndam, Mansour Diallo.

Évoquant le problème inhérent au liquide précieux, l’autorité administrative de dire : « Nous sommes confrontés à un récurrent problème d’eau. Malgré les vingt-neuf (29) forages qui existent à Touba, le problème d’approvisionnement demeure toujours. Le constat fait à ce niveau montre qu’il y a un sous dimensionnement des forages, c’est-à-dire que les pompes ne sont pas adaptées à la capacité des forages. L’année dernière, nonobstant les cent-six (106) citernes d’eau et les cinq (05) forages ajoutés au réseau de l’hydraulique, des difficultés ont été constatées ».