L’opération anti-clandestins n’a pas été aussi vaste que prévu aux États-Unis


La police de l’immigration affirme avoir démarré ses opérations visant à expulser des centaines de sans-papiers aux États-Unis, mais seules quelques interventions à petite échelle ont été rapportées ce week-end.

C’était le souhait de Donald Trump : les autorités affirment avoir procédé, dimanche 14 juillet aux États-Unis, à l’arrestation de familles de migrants en situation irrégulière en vue de leur expulsion. Le président américain avait annoncé une opération de grande ampleur dans dix villes du pays au cours du week-end.

Cette opération menée par les agents du service de contrôle et d’immigration des douanes (ICE) devait concerner près de 2 000 familles arrivées récemment de manière clandestine aux États-Unis.

De nombreux sans-papiers et leurs défenseurs sont restés sur le qui-vive tout au long du week-end, mais seules quelques interventions à petite échelle – à New York, Miami et Denver notamment – avaient été rapportées dimanche soir.

« Les migrants vivent dans la terreur »

« Nous menons des opérations ciblées contre des individus précis […] dont un juge de l’immigration a ordonné l’expulsion », a déclaré le directeur de l’ICE, Matt Albence, interrogé par la chaîne de télévision Fox News.

Le groupe American Immigration Council, dont les avocats se trouvaient au plus grand centre de détention de familles de migrants, à Dilley au Texas, n’a fait part d’aucune arrestation.

D’après Mary Bauer, une dirigeante du Southern Poverty Law Center (SPLC), aucune opération des autorités n’a été confirmée dans les grandes villes du sud des États-Unis, telles qu’Atlanta. « Les migrants à travers le pays se cachent et les gens vivent dans la terreur, parce que c’est le but de toute l’opération, qu’il y ait ou pas d’interventions policières », a-t-elle déclaré.

Pas d’arrestation à New York

Le maire de New York, Bill de Blasio, a déclaré que trois opérations de l’ICE ont eu lieu samedi dans la mégalopole, sans qu’aucune arrestation ne soit signalée. Il a ajouté que l’ICE n’était pas intervenu à New York dimanche.

À Denver, un réseau d’activistes a déclaré que l’arrestation de trois personnes avait été signalée ; il a dit ne pas être en mesure de confirmer l’information.

Un groupe floridien de défense des migrants basé à Miami a précisé que les sans-papiers n’avaient pas quitté leur domicile, par peur, après que des agents de l’ICE ont été aperçus près de l’aéroport international de la ville.