L’Onu condamne l’usage excessif de la force par la police colombienne

765

L’Onu a fermement condamné mardi “l’usage excessif de la force” par la police lors des manifestations contre la réforme fiscale en Colombie, notamment à Cali, dans l’ouest du pays, où plusieurs personnes ont trouvé la m**t sous les balles.
“Nous sommes profondément alarmés par les événements dans la ville de Cali en Colombie, où la police a ouvert le feu sur des manifestants qui s’opposent à une réforme fiscale, tuant et blessant un certain nombre de personnes selon des informations disponibles”, a déclaré Marta Hurtado, porte-parole du Haut commissariat aux droits de l’Homme, lors d’un point de presse de l’Onu à Genève.
Appel au calmeElle a également appelé au calme en amont d’une nouvelle journée de manifestations prévue mercredi. “Notre bureau en Colombie est en train de vérifier le nombre exact de victimes et déterminer comment ce terrible incident a pu survenir à Cali”, a-t-elle souligné, ajoutant que des défenseurs des droits de l’Homme avaient également fait état de menaces et de harcèlements.
Droits de l’Homme“En raison des tensions extrêmes, avec des soldats et des policiers chargés de contrôler les manifestations, nous appelons au calme” et “nous rappelons aux autorités gouvernementales de protéger les droits de l’Homme” y compris le droit de manifester pacifiquement, a-t-elle ajouté. “Les armes à feu ne doivent être utilisées qu’en dernier recours”, a encore rappelé la porte-parole.
Un bilan officiel fait état de 19 morts dont un policier et de près de 850 blessés dont 306 civils.