Litige foncier : Deux dames se disputent un terrain appartenant à l’État du Sénégal

140

Attraite à la barre pour occupation illégal de parcelle, N. Diop s’est dit surprise de la convocation de la dame Badiane comme étant propriétaire de sa parcelle sise à Zac Mbao. Devant le prétoire, le procureur leur a signifié que le terrain est immatriculé au nom de l’État du Sénégal depuis 1973.
Commerçante de son état, Badiane qui détient une boutique de friperie à Colobane, était très loin de se douter que cette affaire qu’elle a initiée allait se retourner contre elle. Ce terrain lui a été attribué en 2008 par une coopérative d’habitat.
Elle a pris le soin de le clôturer, tout naturellement. Mais à sa grande surprise, elle a découvert qu’A. Diop, mandaté par N. Diop, avait monté une porte en fer pour habiter le site. Mme Badiane n’a donc pas hésité à saisir la justice.
Ainsi, les deux parties étaient hier devant la barre des flagrants délits de Pikine-Guédiawaye pour occupation illégale de terrain appartenant à autrui. Mais contre toute attente, elles ont appris que le terrain, objet du litige, est immatriculé au nom de l’État du Sénégal depuis 1973.
Face aux juges, N. Diop a soutenu avoir acheté le terrain à une famille léboue. D’après elle, c’est pour éviter que les malfrats ne fréquentent le site qu’elle a missionné A. Diop d’y sceller une porte, des propos que le coprévenu a réfuté. Il indique que N. Diop lui a confié le terrain.
Toutefois, l’avocat de la dame Badiane a fait remarquer que sa cliente détient un bail avec un titre foncier global en cours de régularisation. Donc la plaignante n’est pas la seule attributaire et a acheté en toute légalité comme c’est le cas pour la coopérative des anciens policiers qui a également attribué des terrains à d’autres bénéficiaires sur le même site. Il précise aussi à la partie civile que sa cliente est en train de s’occuper de la régularisation pour que le terrain soit à son nom.
En tout cas, selon le parquet, il s’agit d’une occupation illégale d’un terrain appartenant à l’État du Sénégal et non à autrui, Il a requis 6 mois assortis de sursis contre les prévenues A. Diop et N. Diop. Le délibéré sera rendu le 9 novembre prochain.