L’Europe débloque 1,6 million pour 400 licenciés de Carrefour en Wallonie

La Commission européenne a proposé vendredi d’accorder une enveloppe de 1,6 million d’euros pour aider 400 travailleurs licenciés des hypermarchés Carrefour en Wallonie à trouver un nouvel emploi, a annoncé la commissaire à l’Emploi, la belge Marianne Thyssen.

Ce faisant, l’exécutif répond à une demande de la Région wallonne, qui avait sollicité un soutien du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM). En Belgique, 1.019 personnes avaient été licenciées l’an dernier par la chaîne de grande distribution.

Mme Thyssen (CD&V) justifie l’intervention du Fonds pour la seule Wallonie “en raison de la situation particulièrement difficile en matière d’emploi” dans cette région.

“Bien que les licenciements concernent l’ensemble du pays, la Belgique s’attend à ce qu’ils aient un effet négatif particulièrement important en Wallonie. Les effets attendus sont liés à la rareté des emplois et aux difficultés de redéploiement des travailleurs âgés de plus de 50 ans. En 2018, le taux de chômage en Wallonie (8,6 %) était plus de deux fois supérieur au taux de chômage en Flandre (3,5 %)”, expose la commissaire.

L’exécutif européen reconnaît que ces pertes d’emploi résultent de “modifications majeures” du commerce mondial découlant de la mondialisation. Et notamment du renforcement de la concurrence dans le domaine des achats en ligne effectués auprès de vendeurs établis hors UE.

L’intervention du FEM permettra aux anciens travailleurs concernés, ainsi qu’à 330 jeunes de moins de 25 ans ne travaillant pas et ne suivant pas d’études ni de formation (NEET), de bénéficier de services d’orientation professionnelle, d’une aide à la recherche d’emploi, de formation professionnelle, d’une promotion de l’esprit d’entreprise et de contributions pour créer leur propre entreprise.