Les fruits et les légumes non féculents contribuent à prévenir les cancers

Au jour le jour, les fruits et les légumes contribuent à combler vos besoins en vitamines A (bêta-carotène), C, E, K, ainsi qu’en folate, calcium, potassium, fer, magnésium et fibres alimentaires, entre autres. Cela signifie qu’ils contribuent à garder votre système immunitaire en santé, à former et à entretenir de nouvelles cellules, à faire fonctionner vos muscles et vos nerfs, à solidifier vos os et vos dents, à permettre la transmission des informations entre votre cerveau et votre corps (influx nerveux), à assurer la régularité intestinale, et plus encore.

À plus long terme, une consommation suffisante de fruits et de légumes aide à prévenir les maladies cardiovasculaires, l’hypertension et plusieurs types de cancers. Comment réussissent-ils un tel tour de forcé Grâce à certains nutriments et composés phytochimiques

Ces composés phytochimiques contribueraient à :

– Diminuer l’athérosclérose

– Favoriser la baisse du cholestérol

– Protéger nos cellules contre les agresseurs (radicaux libres, polluants, etc.)

– Freiner la formation de métastases et la croissance de tumeurs

– Rendre les cellules cancéreuses plus réceptives aux traitements de chimiothérapie et de radiothérapie

A l’assaut du cancer

Dans son dernier rapport sur la prévention du cancer, l’American Institute for Cancer Research rapporte que, de manière générale, les fruits et les légumes non féculents contribueraient à prévenir les cancers de la bouche, du pharynx, du larynx, de l’?sophage, de l’estomac, colorectal, du poumon, du pancréas et de la prostate. Aussi, 30 % des décès par cancer seraient attribuables aux facteurs de risque que l’on peut éviter, dont le tabagisme, la consommation excessive d’alcool, la sédentarité, le surplus de poids et une consommation insuffisante de fruits et de légumes.