Les États-Unis détiendraient des preuves accablantes contre l’Iran

Les attaques contre des infrastructures pétrolières en Arabie saoudite samedi ont bien été perpétrées par l’Iran et approuvées par l’ayatollah Ali Khamenei, le guide suprême iranien, avance mercredi soir la chaine de télévision américaines CBS News, citant un responsable américain sous couvert d’anonymat. Plus tôt dans la journée mercredi, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, en visite en Arabie saoudite, a assuré que cet « acte de guerre » portait « les empreintes digitales de l’ayatollah ».
 L’Iran dément 
Téhéran dément avoir joué le moindre rôle dans ces frappes contre une usine et un gisement, qui ont handicapé la production saoudienne de pétrole. Les rebelles yéménites Houthis, soutenus par Téhéran, ont revendiqué ces attaques. Selon le responsable américain cité par CBS News, l’ayatollah Ali Khamenei a approuvé ces attaques, mais à la condition que les Iraniens en nient la responsabilité et qu’aucune preuve ne les y lie. 
 Les Américains détiendraient des preuves 
Toujours selon cette source, les Américains possèdent des preuves encore plus probantes que les débris de « drones » et de « missiles de croisière » présentés mercredi par le ministère saoudien de la Défense: des photos des Gardiens de la révolution islamique se préparant pour cette attaque dans une base aérienne du sud-ouest de l’Iran. Cette unité paramilitaire iranienne, placée sous les ordres directs du Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, est sur la liste noire américaine des « organisations terroristes étrangères ». Les États-Unis “pris de court”
 Selon CBS, ce n’est qu’après l’attaque que les forces américaines ont compris l’importance de ces clichés. « On a été totalement pris de court », a déclaré la source anonyme. Donald Trump a annoncé mercredi un durcissement « substantiel » des sanctions américaines contre l’Iran tout en affirmant disposer de « beaucoup d’options » pour répondre à Téhéran.