Les adolescents en ont marre que leurs parents publient des photos d’eux sur internet

Quatre jeunes sur dix considèrent que leurs parents les exposent trop sur internet, selon les résultats préliminaires d’une étude Microsoft. Un phénomène loin d’être nouveau.

Pierre a eu son bac, Assa entre à l’université, Lucie a gagné un match? Le tout accompagné d’une photo de l’adolescent(e). Sur les réseaux sociaux, certains parents ont tendance à étaler la vie de leur progéniture au vu et au su de tous. Mais les premiers concernés sont-ils vraiment d’accord’ Selon les résultats préliminaires d’une étude de Microsoft, 42% des adolescents venus de 25 pays différents* estiment que leurs parents publient trop de contenus à leur sujet sur les réseaux sociaux. Pour 11% d’entre eux, il s’agit même d’un ?gros problèmé. L’étude sera rendue disponible dans son intégralité le 11 février 2020, à l’occasion du « Safer Internet Day ».

Des spécialistes alertent depuis longtemps sur la dangerosité de ce comportement. La plupart des parents comprennent les risques associés au partage de photos en ligne, y compris la pédophilie (48%), le harcèlement (37%), l’enlèvement (28%) et la cyberintimidation (31%). Mais beaucoup (34%) ne se demandent même pas si leur enfant consentirait à ce que sa photo soit affichée en ligne, révélait une étude réalisée en 2018 par l’institut OnePoll pour McAffee.

Quel impact sur la vie des jeunes ?

Des conséquences graves peuvent découler de ces habitudes, comme du cyberharcèlement, de la manipulation de données à des fins publicitaires ou tout simplement un mal-être. En mars 2019, le média américain Fast Company rapportait le témoignage d’une adolescente ayant choisi de quitter les réseaux sociaux à 13 ans, après avoir découvert que sa mère avait documenté toute son enfance sur Facebook. Y compris la lettre qu’elle avait écrite à la « fée des dents » à cinq ans, ou des photos d’elle en train de pleurer dans son plus jeune âge. Pour limiter les dégâts, masquer le visage des enfants dans le cas d’une photo publique est une bonne solution. Sur Facebook ou Instagram, il est également possible de rendre ces clichés privés, même si cela ne suffit pas toujours. Une mère américaine a par exemple découvert que des images de ses enfants publiées sur son compte Facebook et visibles uniquement de ses amis s’étaient retrouvées sur des sites pédo-pornographiques.

* Etude réalisée auprès d’adolescents de 13 à 17 ans et d’adultes de 18 à 74 ans venus de 25 pays différents. 12.500 personnes interrogées.