Le Dr Papa Abdoulaye Seck rend hommage à Ousmane Tanor Dieng…

Tous, nous répétons à volonté que nous sommes de passage dans ce bas monde. Toutefois, à chaque étape douloureuse, il nous faut du temps pour réintégrer cette vérité frappée du sceau de l’immuabilité. Ayant appris la triste nouvelle de la disparition de Monsieur Ousmane Tanor Dieng, j’avoue avoir été secoué au plus profond de moi-même, et ce, pour deux raisons.

La première est que tout homme doit souhaiter à son prochain une longue vie pieuse assortie d’une hégémonie du bonheur. La seconde est qu’il s’agit d’un homme dont le portrait enregistre une redondance extrême du qualificatif exceptionnel. Ce qui est, du reste, une constante exclusivement propre aux hommes de valeur qui cohabitent avec nous et qui nous imposent un respect et une considération résistant à l’érosion due au facteur temps.

Ayant connu Monsieur Ousmane Tanor Dieng par le biais de ma sœur et ex-collègue du Gouvernement, Madame Aminata Mbengue Ndiaye, actuelle Ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, je retiens de ce grand commis de l’Etat une image forte. Oui, je dois dire, sans détour, que cet homme m’entourait d’une affection qui arrache les larmes car fortement imbibée de sincérité, de bons conseils et d’encouragements pour mener à bon port la mission qui m’était confiée.

Oui, je dois dire, avec certitude, qu’un homme d’Etat est toujours préoccupé par toute action en rapport avec le développement de son pays. En effet, il sent ce devoir et même cette obligation, en tant que patriote, de continuer, directement ou indirectement, à contribuer à la transformation positive de toute matière première qui puisse procurer une valeur ajoutée à partager au nom de l’équité.

C’est précisément pourquoi Monsieur Ousmane Tanor Dieng avait le sens de l’observation, une finesse d’analyse, un engagement de tous les instants et une générosité rare. Un homme d’Etat, de son vivant, s’est déjà immortalisé dans les belles pages de l’histoire politique du Sénégal.

En sus d’un hommage mérité à l’endroit de l’homme, le devoir nous dicte également des prières à formuler pour que Dieu Le Miséricordieux lui accorde sa Clémence. En ce moment précis de douleur et de désolation, je voudrais donc, du fond du cœur, manifester toute ma compassion en adressant des condoléances attristées à S.E.M. Macky Sall, Président de la République, à toute la famille de l’illustre disparu, au parti socialiste, à toute la classe politique sénégalaise, à la diplomatie de notre pays et à tous mes concitoyens.

Que Dieu lui ouvre les grandes portes de Son Paradis !!!