Le coup de gueule de Messi contre l’arbitrage « Toutes les conneries …

BELO HORIZONTE, BRAZIL - JULY 02: Lionel Messi of Argentina argues with referee Roddy Zambrano during the Copa America Brazil 2019 Semi Final match between Brazil and Argentina at Mineirao Stadium on July 02, 2019 in Belo Horizonte, Brazil. (Photo by Pedro Vilela/Getty Images)

COPA AMERICA – Lionel Messi ne digère pas. Très remonté contre l’arbitre de Brésil – Argentine (2-0), la Pulga n’a pas hésité à le dire tout haut après la rencontre, critiquant notamment l’utilisation du VAR.
La tête basse et la mine déconfite, Lionel Messi peinait à cacher sa déception au coup de sifflet final de Brésil-Argentine (2-0). Battue en demi-finale de la Copa America à Belo Horizonte, l’Albiceleste a vu s’envoler son rêve de triompher chez son grand rival.

Le même qu’avait son numéro 10, lui qui court toujours après un titre en sélection. Forcément déçu, Messi était également remonté après la rencontre. La faute à Roddy Zambrano, l’arbitre de la rencontre.

« Ils se sont fatigués de siffler des penaltys discutables »
« Leur deuxième but vient d’un penalty qui n’a pas été sifflé pour nous. L’arbitre a donné beaucoup de cartons jaunes bidons (5 pour l’Argentine). Il y a aussi le penalty sur Nicolas Otamendi », a-t-il ainsi expliqué en zone mixte.

« Ils n’ont pas arrêté de siffler des conneries pendant cette Copa America et cette fois, ils n’ont jamais eu recours au VAR. C’est incroyable. C’était comme ça pendant tout le match. Au moindre contact, il y avait faute pour eux (…) Tu te dis que l’arbitre n’est pas juste, tu sors du match (…) Toutes les conneries allaient dans leur sens », poursuit-il.

Très énervé, Messi espère que la CONMEBOL (Confédération sud-américaine de football) fera maintenant quelque chose. « Ce n’est pas une excuse. J’espère que la COMNEBOL fera quelque chose pour ce genre d’arbitrage parce qu’on a tout donné pour gagner. Mais je sais que le Brésil contrôle tout. On n’a rien à se reprocher », a lâché le numéro 10 argentin, qui a confirmé qu’il allait « continuer à aider » sa sélection malgré cette désillusion.