Le coronavirus officiellement reconnu comme une maladie professionnelle

Le ministère de la Santé annonce la reconnaissance automatique du coronavirus en maladie professionnelle pour les soignants atteints du Covid-19, mais aussi pour les salariés atteints de forme sévère pendant la période de confinement.

C’est officiel : le coronavirus est officiellement reconnu comme maladie professionnelle pour les soignants et pour les salariés. « Le gouvernement annonce les modalités de reconnaissance en maladie professionnelle des travailleurs atteints du Covid-19 » qui « seront facilitées pour éviter des procédures complexes de reconnaissance pour les travailleurs ayant eu une probabilité forte d’avoir été atteints du Covid-19 dans le cadre de leur activité professionnelle », confirment dans un communiqué de presse commun Olivier Véran, le ministre de la Santé et Muriel Pénicaud, la ministre du Travail.

Le personnel hospitalier est évidemment concerné. Les soignants atteints du coronavirus « dans sa forme sévère verront leur maladie systématiquement reconnue comme une maladie professionnelle ». Sont donc concernés : « tous les soignants des établissements sanitaires et médico-sociaux, les personnels non-soignants travaillant en présentiel dans ces structures ainsi que les personnes assurant le transport et l’accompagnement des patients atteints du Covid-19 », précise le ministère de la Santé.

Mais aussi, en dehors du cadre médical, les salariés ayant travaillé en présentiel durant la période de confinement et touchés par une forme sévère de la maladie. « Pour les travailleurs non-soignants, la procédure de reconnaissance de la maladie professionnelle sera facilitée : en lieu et place des comités régionaux, un comité unique de reconnaissance national dédié au Covid-19 sera constitué. »

Le 3 avril dernier en plein confinement, l’Académie de médecine avait estimé dans un communiqué de presse que la maladie du Covid-19 devrait être reconnue comme maladie professionnelle. En effet, alors que la majeure partie des Français était confinée, les éboueurs, caissiers, agents de sécurité, de transports, les manutentionnaires et bien-sûr le personnel soignant continuait de travailler. Et donc, de s’exposer au risque de contracter le coronavirus.

Le communiqué précisait : « Dans tous les secteurs, la responsabilité des employeurs est de protéger au mieux la santé de leurs employés, notamment en s’enquérant quotidiennement de leur état de santé, en affichant les consignes de prévention et en veillant à leur application : distanciation sociale supérieure à 1 mètre, lavages réguliers des mains avec savon ou solution hydro-alcoolique (selon la fiche « mesures coronavirus » de la DGAFP-SGCMAS-DGT), et en organisant au mieux le travail à domicile. »

Lire aussi :

Coronavirus : pourquoi le confinement nous donne la peau sèche ?
Anxiété, déprime... Conseils pour mieux vivre l'épidémie et le confinement

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes