Le Boeing abattu en Iran a été touché par deux missiles, selon de nouvelles images

Le New York Times a authentifié des images montrant deux missiles percuter le Boeing qui transportait 176 personnes.

IRAN – Pas un missile, mais deux. Selon de nouvelles images vidéo publiées mardi 14 janvier par Le New York Times, le Boeing 737 abattu en Iran le 8 janvier, l’a été par deux missiles lancés par les autorités iraniennes.

Après deux jours de démentis officiels de la thèse selon laquelle un missile avait été tiré sur le Boeing 737 d’Ukraine International Airlines, les forces armées iraniennes ont reconnu samedi leur responsabilité, en évoquant une “erreur humaine”.

D’après ces images authentifiées par Le New York Times, l’avion a été atteint par deux missiles tirés depuis une base militaire près de Téhéran.

mangust @JohnnOwl

Video of the launch of two missiles on the UIA Boeing in Tehran, the interval between launches is 20 sec #boeing737crash #Tehran #UIA752 #Ukraine #Boeing737 https://twitter.com/yadrobotun/status/1217093750134054913 …

5 16:01 – 14 janv. 2020Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité Voir les autres Tweets de mangust

https://www.nytimes.com/2020/01/14/world/iran-plane-crash-video.html#click=https://t.co/Ab8iYKiHVR Ces images, tirées d’une caméra de vidéo-surveillance et filmées par un téléphone portable, montrent la trajectoire d’un objet brillant dans la nuit, puis une explosion dans le ciel après près de 20 secondes.

Un second objet lumineux est lancé dix secondes plus tard du même endroit, dans la même direction, et explose dix secondes après. Une minute plus tard, une boule de feu apparaît brièvement en haut de l’écran.

Téhéran a annoncé mardi des arrestations dans le cadre de l’enquête. Les 176 personnes à bord, en majorité des Iraniens et des Canadiens, sont décédées.

Manifestations et slogans hostiles aux autorités

Cette annonce a provoqué une vague de colère en Iran, où des vidéos circulant sur les réseaux sociaux montrent samedi des manifestations rythmées par des slogans hostiles aux autorités, y compris au clergé chiite.

Selon de nouvelles images, impossibles à authentifier immédiatement, de nouvelles manifestations ont eu lieu mardi soir, dans des universités à Téhéran et des affrontements pourraient avoir eu lieu entre des étudiants et des Bassidji (volontaires musulmans loyalistes).

L’Iran a déjà invité des experts du Canada, de France, d’Ukraine et des Etats-Unis à participer à l’enquête.

Lors d’un entretien téléphonique, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a demandé au président ukrainien Volodymyr Zelensky de l’aider à établir un dialogue avec les autorités iraniennes ? avec qui Ottawa a rompu ses relations en 2012? pour que celles-ci identifient les corps des victimes canadiennes.