Le bisphénol A est reconnu perturbateur endocrinien

La justice européenne a confirmé la classification du bisphénol A comme perturbateur endocrinien.

L’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) avait déjà classé le bisphénol A dans la catégorie perturbateur endocrinien. Mais Plastics Europe, association représentant les producteurs européens de plastique, avait fait un recours pour contester cette classification. Recours rejeté ! La justice européenne a tranché.

Par ailleurs, le bisphénol A avait déjà été classé « substance extrêmement préoccupante » car très toxique pour le système reproductif dans une autre procédure. Or, il se trouve dans de nombreux produits comme nos vêtements, les jouets pour enfants, des tickets de caisse ou encore des produits phytosanitaires.
La France a participé à cette décision

La France avait déjà interdit l’utilisation du BPA dans tous ses conteneurs, emballages et ustensiles pour denrées alimentaires. Elle a joué un rôle important dans cette décision. A l’époque où Ségolène Royal était ministre de l’environnement, elle avait demandé à l’Europe de signaler la dangerosité de ce composant chimique. Elle avait été soutenue par tous les pays membres, sauf la Finlande et le Royaume-Uni.

Lire aussi :

Après le bisphénol A, le bisphénol S inquiète

Attention, le soja n’est pas toujours bon pour la santé !

Ne ratez aucun article de Topsante.com en recevant directement une alerte via Messenger