L’amour est dans le pré: des candidats harcelés, la production a été obligée d’intervenir

Stephen King a du souci à se faire. Car si L’Amour est dans le pré a pour vocation d’emplir de bonheur le coeur esseulé des candidats, il y a un revers à la médaille: certains téléspectateurs audacieux, décident, sans y être conviés, de s’inviter dans la vie des agriculteurs participants…

Ils doivent déjà nos agriculteurs de L’amour est dans le pré, gérer parfois certains prétendants un peu particuliers, mais on n’avait pas imaginé ça. La révélation vient de nos confrères de Télé Poche: chaque année, après la diffusion des portraits c’est la même histoire qui se répète. Des téléspectateurs se rendent, sur une impulsion et sans passer par la case « j’écris à l’agriculteur de mon choix », pour lesquels ils ont eu un coup de coeur. Et certaines histoires font vraiment froid dans le dos

Une inventivité sans limite

Si Sandrine et Francis, participants de l’édition 2019 ont déjà révélé avoir été importunés, c’est également le cas de Nathalie l’éleveuse de chèvres de la saison 12. «Mon premier visiteur avait vingt ans de plus que moi. …a m’a fait peur, je ne savais pas comment réagir. Quand un deuxième homme est passé dans la même journée, mes nerfs ont lâché, a-t-elle expliqué. J’ai aussitôt appelé la production, en pleurs. Je pensais tout arrêter tellement c’était flippant! » Carole, également participante de la saison 12, a reçu une lettre écrite à l’envers qui ne révélait son sens que lue devant un miroir. «C’est allé plus loin, il m’a aussi envoyé un calendrier avec des photos de moi, et des mots fléchés, qui retraçaient ma vie, a-t-elle ajouté. Même s’il n’y avait aucune agressivité, pour moi, ça s’apparentait à du harcèlement.» La production a eu beau rappeler l’homme à l’ordre, il a continué à lui écrire.

La productrice de l’émission diffusée sur M6, Hélène Dewerdt a cependant tempéré: «Les courriers en direct et les visites impromptues ont toujours existé. C’est vrai que les réseaux sociaux facilitent les recherches. Mais sans prendre la situation à la légère, on parle de deux à trois candidats par saison, et essentiellement de bouquets de fle