Lamine Gassama: “il n’y a pas d’inquiétude à avoir” pour le Sénégal

Le Sénégal panse ses plaies au lendemain de la défaite face à l’Algérie (1-0) qui le met dans une position inconfortable avant de croiser le Kenya lundi 1er juillet. A l’issue de l’entraînement de vendredi, le défenseur latéral droit, Lamine Gassama, est revenu sur les insuffisances affichées par son équipe face aux Fennecs, et parle de l’envie des joueurs de se reprendre au plus vite.

Lamine, dans quel état d’esprit est la sélection au lendemain de la défaite face à l’Algérie (1-0) ?

Le groupe est triste du résultat d’hier (jeudi). On s’est remobilisé. C’est un match qui s’est joué sur quelques détails. On a pris conscience des manques qu’on a eus dans ce match et dès ce soir (vendredi) on va visualiser les erreurs commises pour corriger ça au plus vite et penser au prochain match.

Avec le recul qu’est-ce qui a fait défaut au Sénégal face à l’Algérie ?

Je pense que c’est notre entame d’abord. On a eu des difficultés pour se mettre en place dans les dix premières minutes. Après, au fil du match, on a essayé de revenir au score, on s’est créés des situations, mais l’Algérie était solide. Mais sur ce match-là, il y a eu aussi de bonnes choses et il faudra s’appuyer dessus.

Est-ce que vous attendiez à une équipe aussi agressive quand on présente l’Algérie comme une équipe technique ?

C’est une équipe technique, mais il ne faut pas oublier qu’on est aussi en Afrique et les matches sont très physiques avec beaucoup d’impact. On n’a pas été surpris de leur impact, maintenant, c’est à nous de montrer qu’on est fort aussi dans ce domaine. L’impact physique fait partie de notre Adn. L’équipe a fait preuve de caractère. Cette équipe algérienne a su nous contenir. Elle a aussi commis pas mal de fautes pour nous sortir du match. Ils ont su casser notre jeu. Mais, il n’y pas d’inquiétude à avoir; il reste encore un match et nous avons notre destin en main. Il faut préparer le prochain match.

Justement, le Kenya, prochain adversaire, garde aussi toutes ses chances de se qualifier. A quel genre de rencontre vous vous attendez ?

On sait qu’ils ont gagné (face à la Tanzanie, 3-2), donc il y aura un énorme enjeu. Après, il faut qu’on se focalise sur le Sénégal. Je pense que c’est le Kenya qui va s’adapter à notre style de jeu et pas l’inverse. On va essayer de jouer et de gagner ce match. La pression est peu plus dure, car on a toute l’attention du continent. Après, on a suffisamment de maturité pour faire abstraction de ça. Cela fait maintenant quatre ans que le groupe grandit ensemble et on a assez de maturité pour mettre cette pression de côté et se focaliser sur nous.