Laeticia Hallyday : cet argument infaillible qu’a utilisé André Boudou pour …

Après s’être débattue ces derniers mois dans la complexe affaire de l’héritage Johnny, un procès qui ne tourne pas vraiment à son avantage, Laeticia Hallyday a récemment décidé de changer de stratégie et d’avocats. Et c’est son père, André Boudou, qui semble tirer les ficelles.

Même sous le soleil des Caraïbes, les « affaires » ne sont jamais loin. Actuellement en vacances à Saint-Barthélémy dans sa luxueuse Villa Jade, Laeticia Hallyday profite enfin d’une accalmie bienvenue – loin du marasme juridique parisien auquel elle est confrontée habituellement pour l’héritage de Johnny -, et la veuve du Taulier passe donc de douces journées avec ses filles et de folles soirées avec ses amies. Et si elle essaye d’oublier le temps de ce séjour aux Caraïbes le tumulte autour de la succession de son regretté époux, le sujet reste naturellement omniprésent.

Ainsi, juste avant cette escapade au soleil, et surtout après la déconvenue au procès concernant la résidence principale de Johnny – française ou américaine -, dont la conséquence est que le procès sera jugé en France et non selon la loi américaine comme le souhaitait la jeune femme, Laeticia a pris le temps de repenser sa stratégieet dechanger d’avocats – créant un pôle de trois spécialistes -, mais aussi d’organiser la défense des intérêts de ses deux filles, afin qu’elles soient elles aussi maintenant représentées, et en l’occurrence par Jacques Verrecchia – avocat historique de Johnny Hallyday.
Comment André Boudou a influencé Laeticia Hallyday

Mais derrière tous ces chamboulements, il semble y avoir un homme : André Boudou, le père de Laeticia. En effet, après des années de tensions entre eux, Laeticia et André semblent s’être rapprochés ces dernières semaines ; et selon le magazine Closer, en kiosque ce vendredi 2 août, il semblerait que ces changements aient été décidé par le père.

C’est en effet lui qui aurait soufflé l’idée de Jacques Verrechia pour représenter les fillettes, ce serait également lui qui aurait eu l’idée de ce trio pour s’occuper des intérêts de Laeticia, composé de l’avocat parisien David Gordon-Krief, mais surtout des Montpelliérains Alain Scheuer et Gilles Gauer, considérés comme des « pitbulls » du barreau, et qui ne sont autres que les propres avocats d’André Boudou.

D’après Closer, c’est le 6 juillet, lors d’une exposition consacrée à Johnny qui se tenait à Saint-Tropez, qu’André – qui semble avoir préparé son coup en multipliant les rendez-vous avec ses avocats les semaines précédentes – a convaincu sa fille – apparemment au bord de l’asphyxie financière – de changer de ligne de défense. Laeticia lui a alors donné carte blanche pour gérer la suite, notamment grâce à un argument particulier qui a été déterminant dans sa décision : son père est le seul de son clan à ne pas être fâché ni avec Laura ni avec David.

Est-ce que ce changement de stratégie portera ses fruits ? Réponse le 6 novembre prochain dans la salle des assises, au tribunal de Versailles, pour la prochaine audience dans l’affaire de l’héritage de Johnny Hallyday.