Laeticia Hallyday baisse les armes : « Cette image de marâtre n’était pas tenable »

Ce mardi 15 octobre, Laeticia Hallyday a changé son fusil d’épaule en annonçant qu’elle ne ferait finalement pas appel de la décision du TGI de Nanterre, qui estimait que la justice française était compétente pour juger le litige opposant la veuve et les aînés de Johnny dans la guerre autour de l’héritage du rockeur. Pour Candice Mahout, chef du service culture de BFMTV, la veuve du rockeur a pris la bonne décision.

Laeticia Hallyday a décidé d’avancer main dans la main avec – et non plus contre – David et Laura. Après s’être entourée de nouveaux avocats, accepté de consulter les aînés de Johnny concernant l’exhumation de ce dernier, elle a une nouvelle fois changé de stratégie. Ce mardi 15 octobre, la veuve de l’idole des jeunes a fait marche arrière et annoncé qu’elle ne ferait finalement pas appel de la décision du tribunal de grande instance de Nanterre, prise en mai dernier, qui estimait que la justice française était compétente pour juger le litige. Une décision qui donnait raison aux premiers enfants de Johnny et qui sonnait comme une défaite cinglante pour Laeticia, qui a longtemps maintenu que son défunt mari était résident américain.

Pour Candice Mahout, chef du service culture de BFM, interrogée sur la chaîne ce mercredi 16 octobre, cette décision était sans doute la meilleure à prendre. Cette dernière a fait comprendre que Laura et David, en plus d’avoir perdu leur père, ont dû se sentir bafoués d’avoir été déshérités : « Le temps a fait son œuvre, on était arc-boutés sur des douleurs. Les aînés qui avaient été déshérités, rayés de la carte, c’est évidemment très compliqué. Il y a transfert affectif qui se fait dans ce genre de situation et on se dit ‘mais qu’est-ce qu’on a fait pour ne plus être aimés du tout’ », explique-t-elle en préambule.
« On se dit que tout le monde peut finalement s’entendre »

Candice Mahout reconnaît volontiers que Laeticia Hallyday a longtemps voulu garder « son rôle de gestionnaire de l’œuvre posthume de son mari », mais qu’il était nécessaire que cela cesse pour la bonne entente générale. « Aujourd’hui, on se dit que tout le monde peut, peut-être, finalement s’entendre. Cette image de marâtre qui veut tout garder pour elle n’est pas tenable, même pour l’avenir », a-t-elle affirmé sur BFM TV. Pour Maître Jean-François Humbert, président du Conseil supérieur du Notariat, également présent en plateau, « tout le monde va pouvoir aller de l’avant, sans que les uns soient privés de quoi que ce soit » : « C’est très certainement une décision raisonnable », a-t-il fait savoir.

En prônant « l’apaisement » et « la paix », Laeticia Hallyday semble vouloir ouvrir la porte à une forme de médiation, alors que les négociations étaient, en tout cas jusqu’ici, au point mort avec Laura Smet et David Hallyday. Que vont penser les aînés de Johnny de ce revirement ? Affaire à suivre…