La vérité sur l’affaire concernant le président Habib Sissoko

286

Le journal « Libération », dans sa livraison du vendredi 18 juin 2021, révèle dans un article intitulé « Les comptes et mécomptes du Président Habib Sissoko » des extraits d’un rapport de la Centif Mali, soupçonnant celui-ci, de blanchiment de capitaux, pour un montant de 15 424 653 588 (cumul des opérations retracées dans plusieurs comptes bancaires au Mali et au Sénégal sur une période de 10 ans).

La Centif Mali sur fondement des articles 7 et 113 de la loi uniforme 2016-008 du 17 mars 2016, a transmis un rapport au Procureur de la République près le tribunal de grande instance de la commune VI du District de Bamako, sur des faits susceptibles de constituer l’infraction de blanchiment de capitaux, concernant Monsieur Habib SISSOKO, qui en vertu d’un réquisitoire introductif d’instance, a saisi le juge d’instruction du 8èmecabinet du pôle judiciaire spécialisé, pour l’ouverture d’une information judiciaire.

Le juge d’instruction après avoir posé les actes d’instruction (auditions, réquisitions, mesures conservatoires sur les comptes etc) a communiqué, le 7 septembre 2020, le dossier au Procureur pour dernier avis quant à la suite à réserver à cette affaire. En réponse, le procureur constatant que les charges retenues contre le Président Habib Sissoko ne sont pas consistantes a requis du juge d’instruction qui l’a suivi, un non lieu.

De plus, le juge d’instruction met en cause l’exactitude du montant allégué en ces termes « il ressort du dossier que les sommes relatives aux différents dépôts à terme ont été comptabilisés dans le montant incriminé alors qu’ils proviennent de ses comptes courants qui ont été aussi comptabilisés, qu’ainsi cet état de fait a permis de compter plusieurs fois certains montants d’un ensemble, faussant du coup le calcul de la somme totale pour atteindre le montant incriminé alors que cela n’est pas exact ».

Le non lieu a été prononcé par ordonnance définitive de non lieu à suivre du 20/11/2020 du juge d’instruction. Cette décision du juge d’instruction du Mali non seulement clôture ce dossier mais rend donc sans objet tout autre rapport portant sur cette affaire.

Le dénouement judiciaire de cette affaire qui a abouti a un non lieu prononcé par le juge d’instruction, suffit amplement pour mettre un terme aux agissements de ces personnes tapies dans l’ombre dont la seule ambition est de nuire à la notoriété du Président Habib SISSOKO.

Président du Cabinet Conseil, Reflect Consulting SAS

Ngouda Fall KANE