La tempête judiciaire continue de s’abattre sur les résistants, (Frapp)

Le Secrétariat exécutif national (Sen) du Front pour une Révolution Anti impérialiste Populaire et Panafricaine ( FRAPP)  a annoncé que la résistance continue. Ce, dans l’affaire dite de la hausse du prix de l’électricité ayant valu l’incarcération de leur secrétaire administratif, Guy Marius Sagna et Cie. Dans un communiqué transmis à Senego, il dénonce cette arrestation « arbitraire » et invite les Sénégalais à une manifestation le 13 décembre prochain. Texte in extenso.

Lorsque que le gouvernement viole les droits du peuple, la résistance devient un devoir. C’est fort de ce constat que des citoyens ont voulu se réapproprier leur droit à manifester vidé de toute substance par le préfet de Dakar, qui a voulu, encore une fois de trop, imposer un itinéraire. Les manifestants n’ont commis aucun acte illégal en voulant exercer leur droit à manifester devant le palais comme l’avaient fait les militants de l’APR qui, sans avoir informé l’autorité territoriale au préalable, se sont rassemblés devant les grilles du palais et parfois même jusqu’à en venir aux mains.

« Arrestation arbitraire »

Se sentant victime encore une fois d’une interdiction abusive d’exercer la manifestation devant le palais présidentiel pour se faire entendre pacifiquement par le Chef de l’Etat qui détermine la politique de la nation, les manifestants ont entendu exercer ce droit. Le peuple Sénégalais peut donc constater avec nous le caractère arbitraire de l’arrestation de tous nos concitoyens victimes de traitements inéquitables, injustes et arbitraires.

Relaxe des « étrangers » impliqués dans l’affaire de la drogue…

Oui injustes et arbitraires car des étrangers accusés d’avoir participé à cette scandaleuse affaire de drogue, ont été relâchés et ont pu quitter le pays sans que les raisons de cette libération n’aient été portées à la connaissance du peuple. Oui injustes et arbitraires car nos concitoyens excédés tout comme nous par autant d’injustice ont voulu pacifiquement se réapproprier notre droit à manifester devant nos institutions, quelles qu’elles soient, pour leur exprimer notre désaccord, face à cette hausse injustifiée des tarifs de l’électricité.

« Deux poids, deux mesures »

Si on devait retenir une seule marque de décadence de notre système judiciaire , ce serait probablement le « deux poids, deux mesures » systématiquement pratiqué contre ceux qui ne sont pas d’accord avec le régime en place .C’est la crédibilité de la justice qui est en jeu derrière cette distorsion flagrante de l’égalité de traitement .

Manifestation le 13 décembre prochain

Aujourd’hui plus que jamais nous tenons à exercer notre droit de manifester et appelons tout le peuple sénégalais à se tenir debout et à venir manifester le 13 Décembre 2019 son refus de voir ses droits économiques et sociaux enterrés par une hausse aussi injuste. Nos concitoyens ont continué leur grève de la faim, malgré l’affaiblissement de la santé de certains d’entre eux , pour protester face à l’arbitraire de trop .

Responsabilité des autorités

Nous rendrons responsables les autorités de tout ce qui pourrait leur arriver. Le combat pour la dignité, la liberté et l’Etat de droit n’a pas de prix. C’est ce qu’ont compris nos concitoyens qui malgré leur arrestation nous demandent de continuer la lutte . En effet, la prise en charge des blessés ne doit pas nous faire desserrer les rangs. Citoyennes, citoyens, la lutte continue.

Fait à Dakar,le 05 Décembre 2019.

Le Secrétariat Exécutif National.